Les propriétaires d’une boutique à Bain-des-Dames ont été agressés dimanche soir par trois individus qui ont emporté quelques paquets de cigarettes. Habitant la région depuis déjà 39 ans, la victime déclare que c’est la première fois qu’elle subit un tel acte depuis qu’elle gère cette boutique aux côtés de son mari. Ce dernier est actuellement admis à l’unité de soins intensifs de l’hôpital Jeetoo et n’a pas encore pu donner sa version des faits.
Une sexagénaire et son mari de 73 ans ont subi le martyre dimanche soir. Marié depuis 39 ans, ce couple gagnait sa vie en gérant un commerce au rez-de-chaussée de leur domicile, à Bain-des-Dames. La soirée de dimanche ne s’est malheureusement pas passée comme prévu pour ce couple qui a reçu la visite de trois malfrats. Encore dépassée par les événements, la victime raconte son calvaire avec une certaine angoisse. « J’habite la région depuis que je suis mariée et, en 39 ans, c’est la première fois que je vis ce genre de situation ».
Vu que leur commerce sert également des boissons alcoolisées, le couple avait une clientèle toute faite et opérait généralement jusqu’à fort tard. Ce soir-là, la femme était la seule à servir les clients jusqu’au retour de son mari, aux environs de 23 h 15. « D’habitude, les portes sont déjà fermées à partir de 18 h et c’est par une fenêtre que nous servons nos clients. Lorsque mon mari est arrivé, trois jeunes filles étaient présentes et voulaient acheter de la bière. Il a accepté de les servir et ouvert les portes », nous raconte cette dernière. Désapprouvant son geste, elle lui a crié dessus, lui expliquant qu’il n’était plus question de servir car il n’y avait plus de monnaie dans la caisse. Selon la gérante, ce serait durant ce remue-ménage qu’un individu en aurait profité pour entrer et se dissimuler dans un coin du garage.
« Après avoir fermé les portes, mon mari est allé prendre une douche et c’est par la suite que j’ai entendu des bruits suspects provenant du garage », nous explique-t-elle. En procédant à une vérification des lieux, la sexagénaire indique avoir aperçu trois hommes, dont deux de grande taille, cachés dans son garage. « L’un d’entre eux m’a attrapée et a commencé à déchirer mes vêtements pendant que les deux autres se sont rendus dans la pièce d’à côté et ont tabassé mon mari. Je suppose que l’un d’entre eux s’est introduit dans le garage plus tôt et a ouvert la porte aux deux autres ».
C’est en criant « au voleur » que la jeune femme a pu avoir la vie sauve. « Ma fille est tout de suite descendue et les voleurs se sont enfuis en prenant la porte du garage. C’est également elle qui a alerté la police », nous relate la victime, pas totalement remise de ses émotions après avoir été victime de sévices sexuels. « Quand j’y pense, j’aurai pu y laisser la vie si ma fille n’était pas intervenue à temps. Elle est encore plus traumatisée que moi et s’est absentée du travail durant deux jours pour pouvoir s’en remettre. Jusqu’à présent, il m’est impossible de rouvrir la boutique. Mon fils est le seul à s’en occuper les après-midi ».
Le septuagénaire, grièvement blessé, est toujours admis aux soins intensifs et ne peut pas donner sa version des événements. Quant à sa femme, elle a pu procéder à des examens médicaux et ne compte pas de blessures graves. Elle a également reçu mercredi la visite de membres de la Crime Prevention Unit, afin d’être rassurée sur la situation.