Du ‘Lac des Cygnes’ à ‘Carmen’ en passant par ‘Cendrillon’ et des extraits d’autres grands classiques, le J&J Auditorium, à Phoenix, a vécu au rythme du ballet tout le week-end, et ce pour le plus grand bonheur des amateurs. Durant trois représentations, c’est emplis de légèreté, et avec une extrême précision, que les danseurs du Classical russian ballet se sont exécutés sur scène.
Les femmes sur la pointe des pieds, les hommes en demi-pointes… Pendant environ deux heures, les danseurs ont sublimé le public, la plupart des spectateurs découvrant, sans doute pour la première fois, une telle prestation en Live. Le coup d’envoi de ce festival a eu lieu vendredi soir avec un des plus grands classiques de tous les temps, « Le Lac des cygnes », de Tchaïkovski, sur une chorégraphie de Petipa.
Nul ne s’attend à ce décor enchanteur dans lequel on est tout de suite projeté dès l’ouverture des rideaux, pénétrant le château dans lequel se déroule la rencontre entre le prince Siegfried et sa mère. De tableau en tableau, le spectateur est emporté par la légèreté des mouvements, dans les différents lieux où se déroulent les scènes. Le ‘Lac des Cygnes’ est un ballet en quatre actes racontant l’amour entre le prince Siegfried et Odette. Celle-ci se transforme en cygne le jour et redevient femme, la nuit.
Le lendemain soir, c’est dans le monde féerique de ‘Cendrillon’ que les danseurs russes ont emmené le spectateur. Ce conte fait partie des nouveaux spectacles et apporte une certaine fraîcheur au ballet classique, faisait à ce propos ressortir le directeur artistique Hasan Usmanov lors d’une rencontre avec la presse à Curepipe, au siège d’Elite Voyage, initiateur de leur venue à Maurice.
La dernière représentation a eu lieu dimanche avec ‘Carmen’. Une histoire relativement familière à beaucoup de Mauriciens, le texte ayant fait partie du programme scolaire pendant quelques années. Mais aussi parce que certains ont eu l’occasion d’assister à l’opéra dans le cadre du festival lyrique organisé par Opera Mauritius, en 2010. Dans un registre tout à fait différent, mais avec les mêmes précisions et légèreté de mouvement, les danseurs ont une nouvelle fois séduit le public, lui donnant cette impression de voler.
Pour les plus jeunes, surtout les petites filles, c’était aussi l’occasion rêvée de s’associer aux danseuses étoiles. Pendant l’entracte, durant les trois représentations, certaines n’ont pas manqué de tenter quelques pointes en solo ou en groupe.
Présenté en spectacle de gala, la dernière représentation a aussi mis en avant des extraits d’autres oeuvres du répertoire de la troupe, dont ‘Don Quichotte’ et ‘Casse-Noisette’. Les danseurs ont en outre proposé quelques morceaux de danses modernes ou folkloriques russes.
La venue de la troupe à Maurice s’inscrit aussi dans le cadre de l’accord de coopération culturelle signé entre les ministères de la Culture des deux pays, et couvrant une période de trois ans. Souhaitons que cet accord soit utilisé à son plein potentiel par les deux parties afin de permettre à un maximum de personnes de découvrir et de s’enrichir de l’immensité de la culture russe. D’autant que nos compatriotes sont nombreux à avoir déjà partagé cette culture, beaucoup ayant décidé d’étudier en Russie et en Ukraine. « Elite voyage » a déjà signifié son intention de poursuivre sur cette voie.