Le président de la République Kailash Purryag a lancé un appel aux parents pour inculquer les valeurs morales et ancestrales à leurs enfants afin qu’ils ne s’éloignent pas de la culture et de la religion. C’était hier à Bambous lors d’un spectacle culturel organisé par la Mauritius Marathi Mandali Federation à l’occasion du Gudhi Padwa, le nouvel an marathi.
La MMMF a également remis un chèque de Rs 100 000 au Prime Minister’s Relief Fund afin de venir en aide aux sinistrés des inondations meurtrières du 30 mars dernier. L’aile jeune de cette fédération et ses dirigeants se sont rendus hier matin à Canal Dayot pour une distribution de vivres et de gâteaux traditionnels.
Balraj Navroo a déclaré dans son discours que la politique et la religion sont indissociables, alors que le leader de l’opposition Alan Ganoo a dit qu’on doit séparer la politique de la religion. Il faut laisser la politique aux politiciens, a-t-il déclaré alors que les ministres Hervé Aimée et Sheila Bappoo ont avancé que les deux sont importants quand il s’agit de l’avancement de certains projets.
Kailash Purryag a déclaré que les parents doivent contribuer à la promotion des valeurs religieuses et ancestrales à leurs enfants. Cela les empêcherait de s’éloigner de leur culture et de la religion, a-t-il déclaré. Il a constaté avec regret que lorsqu’il se rend à Castel et à Chebel, il voit les mêmes personnes assistant à des cérémonies religieuses alors que les enfants restent à la maison et ne sont pas exposés à la richesse de la culture.
Kailash Purryag a aussi déclaré qu’il n’y a pas de petite ou de grande religion. « Chacun contribue à sa façon à favoriser l’unité dans la diversité ». Il a loué la solidarité exemplaire démontrée par les Mauriciens lors des inondations du 30 mars dernier.
Balraj Navroo a déclaré que la MMMF a une pensée spéciale pour les victimes des inondations. Les membres de la fédération et ceux de la Cassis Marathi Mandali ont rendu une visite aux victimes hier. Il a souhaité que le Bambous Marathi Mitra Mandal qui existe depuis 22 ans obtienne un lopin de terre pour la construction d’un centre. En 2003, a-t-il reconnu, Alan Ganoo avait fait les démarches dans ce sens mais le projet n’a pas abouti jusqu’ici. Il a dit que « n’a pas capave dissocier la politique avec la religion ». Il a cité l’exemple du Mahatma Gandhi qui lors de son séjour chez nous en 1901 avait exhorté les habitants à faire de la politique.
Le leader de l’opposition a dit que dans les moments difficiles, les organisations socioculturelles doivent se montrer discrètes dans leurs propos car le pays est fragile et que les propos peuvent porter atteinte à l’harmonie sociale. La politique, a-t-il dit, est l’affaire des politiciens. Les dirigeants des organisations socioculturelles doivent eux veiller à ce que les valeurs ancestrales soient préservées et combattre les fléaux comme la drogue et l’alcoolisme.
« Laisse politique à bane politiciens », a-t-il fait ressortir.
Le ministre Hervé Aimée a déclaré que depuis 1974, cinq ponts ont été renovés au N°14 et qu’il prendra en considération la demande de la Bambous Marathi Mitra Mandali pour un lopin de terre.
La ministre Sheila Bappoo a dit qu’une association socioculturelle progresse lorsque le gouvernement apporte son soutien dans sa politique de diversité et de paix sociale. Dans le sillage des inondations du 30 mars, elle a soutenu qu’il faut revoir les infrastructures et que nous ne sommes pas à l’abri des changements climatiques dans le monde.