Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui procédait hier à l’ouverture officielle de la ferme solaire de Sarako à Bambous, est revenu dans une déclaration à la presse sur l’allégorie du « gâteau » pour expliquer avoir dit que le « gâteau doit être partagé entre ceux qui ont participé à sa préparation ». Il s’est également référé à la coalition conclue entre le PTr et le PMSD « pour la stabilité et l’unité du pays ». Il a expliqué que cette fois-ci le PTr et le MMM travaillent ensemble pour traduire la réforme électorale dans la réalité.
Le Premier ministre est, dans sa déclaration à la presse, revenu sur sa présence à la cérémonie d’investiture du Premier ministre indien Narendra Modi à l’invitation de ce dernier. « Il avait invité les membres du SAARC. Maurice n’est qu’un observateur de cette association. Sa démarche démontre les relations exceptionnelles qui existent entre Maurice et l’Inde », a-t-il dit.
Navin Ramgoolam s’est dit confiant que les discussions sur le traité de non double imposition entre nos deux pays seront réglées bientôt. Selon lui l’enquête entreprise par le gouvernement indien sur l’argent noir en Inde et à l’étranger n’embarrasse nullement Maurice. « Nous avons la réputation d’attirer l’argent propre. D’ailleurs nous sommes classés sur la liste blanche de l’OCDE. Il n’est pas dans notre avantage d’avoir de l’argent noir chez nous ».
Le Premier ministre a indiqué qu’il n’a pas encore pris connaissance des avancées sur la préparation du texte de loi sur la réforme électorale puisqu’il revient de l’Inde. Il a annoncé qu’il aura un rendez-vous avec l’Attorney General, Satish Faugoo, afin de prendre connaissance du projet de texte de loi et pour voir les améliorations qui peuvent être apportées. Il a affirmé avoir parlé au leader de l’Opposition avant de venir à Bambous pour l’inauguration de la ferme solaire de Sarako. Il ajoute ne pas être en mesure de dire si le texte de loi sera prêt à la fin de la semaine.
Concernant les relations entre le PTr et le PMSD, Navin Ramgoolam s’est contenté de dire « mo pa trouv okenn lager ». Le Premier ministre a, d’autre part, insisté sur l’allégorie politique relative au « gâteau » en insistant sur la nécessité de « partager le gâteau » proportionnellement aux efforts de ceux qui ont participé à sa préparation. « À Maurice il y a deux partis sociaux-démocrates, le PTr et le MMM, qui représentent la grande majorité de la population. J’en suis certain. D’ailleurs, la coalition après l’indépendance avait été conclue pour la stabilité et l’unité des Mauriciens parce que 44 % de la population avait voté contre l’Indépendance. Gaëtan Duval avait bien fait pour aider à l’unité de Maurice. C’est la même chose aujourd’hui. Il y a deux grands partis qui ne sont pas nécessairement d’accord sur tout qui essayent de mener à bien la réforme électorale », a-t-il dit.
Navin Ramgoolam a observé que tous les commentaires diffusés sur Twitter et les réseaux sociaux sont l’oeuvre d’un petit groupe de personnes payées par un parti qui représente 3 % des votes, qui avait traité les gens de démons et qui a dit qu’il y a des insanités dans le Coran. « C’est une minorité et ce ne sont pas eux qui font les élections », dit-il. S’agissant des « béquilles » dont il avait fait mention dans une déclaration précédente, il a répondu : « Est-ce ki pas meilleur mars san béquille ki avec béquille ? » Interrogé sur « gâteau » qu’il aurait dit vouloir manger tout seul, Navin Ramgoolam a dit que ses propos ont été mal interprétés. « Si deux ou quatre dimounn in kwi gato là bien sûr il faut partager. C’est la loi démocratique. Mo pas kapav dire mo pran tou moi mo laisse MMM dehors. C’est cela que je dis », a précisé le Premier ministre. Interrogé sur le sondage auquel il s’est référé pour évaluer la force des partis politiques sur le terrain, Navin Ramgoolam a expliqué qu’il a été réalisé par des firmes professionnelles indépendantes pour le PTr. Le sondage, soutient-il, indique que le PTr est actuellement le parti le plus fort et que le MMM arrive en deuxième position. Il a expliqué que le sondage estime que le MSM représente 3,2 %. « Plutôt mo arrête la même », a-t-il dit.
Le Premier ministre a annoncé que le Parlement reprendra aussitôt que le projet de loi sur la réforme sera prêt, soit dans pas trop longtemps. Pour le PM la réforme électorale ne veut pas dire automatiquement une alliance entre le PTr et le MMM. « Paul Bérenger l’a dit et je dis la même chose. D’abord il faut que la réforme électorale devienne une réalité. Je trouve extraordinaire qu’il y ait des passéistes qui ne veulent pas qu’il y ait des réformes électorales et ne veulent pas que les Mauriciens se disent Mauriciens. Zot lé continué kouma longtemps avec zot l’esprit communal ki zot ena. Nous avons un projet qui permettra à tous les Mauriciens de dire qu’ils sont des Mauriciens. Kan nou deor nou dire nou Mauriciens et ka nou dans Maurice pas kapav dire nou Mauricien. Bizin aret catégorise dimounn ! » a-t-il lancé. Le Premier ministre ajoute qu’il est pour que le texte de loi soit proclamé après les élections parce qu’il a besoin d’un mandat du peuple. Il a conclu qu’il faut travailler sur le mini-amendement de la Constitution pour permettre aux candidats qui le souhaitent de ne pas décliner leur communauté.