La Criminal Investigation Division (CID) de Mahébourg a procédé à une vague d’arrestations ce matin dans la région du Sud, après que des membres de l’association des pêcheurs soleil levant ont pénétré dans la Ferme Marine de Mahébourg (FMM) hier pour emporter des bars qu’ils considèrent comme des prédateurs. 16 pêcheurs au total ont été interpellés depuis ce matin et ils devraient comparaître devant la cour de district de Grand-Port / Savanne (Mahébourg) en début d’après-midi.
Selon les informations recueillies de sources policières, à 14 h 15 hier quelque 20 pêcheurs de l’association des Pêcheurs Soleil Levant, menés par leur président Patrick Michael Souci, ont embarqué à bord de six bateaux pour mettre le cap sur la Ferme Marine de Mahébourg (FMM), située à Bambous-Virieux. Des membres de cette association ont endommagé un filet d’élevage et enlevé plusieurs kilos de bars. Ces faits se seraient produits à la suite d’une manifestation tenue par l’Association des Pêcheurs Soleil Levant hier matin, pour afficher la colère des pêcheurs concernant l’élevage de ce type de poisson à la FMM. À la suite de cet incident, des unités de la Special Security Unit (SSU), Emergency Response Service (ERS), Divisional Support Unit (DSU) et la police régulière de la localité ont été déployées sur les lieux.
Une série d’arrestations ont été effectuées depuis ce matin par les limiers de la CID de Mahébourg et 16 suspects ont été interrogés. Ils devront comparaître devant le tribunal de Mahébourg en début d’après-midi. Deux charges provisoires « Larceny made by more than two persons » et « Conspiracy », pourraient être logées contre eux. Les membres de l’Association des Pêcheurs Soleil Levant ont retenu les services de Mes Manoj Seeburn et Kishore Pertab.
Patrick Michael Souci, également interpellé ce matin, devait expliquer au Mauricien que « depi de zan nou pe dir bizin tir sa poisson-la, li enn predater, Lavenir bann peser ek lagon menacé are sa kalite poisson la. » Le président de l’association qui avance que ce type de poisson a été introduit illégalement dans le lagon mauricien, dit avoir à plusieurs reprises alerté les autorités. « Avant d’introduire le bar pour l’élevage il fallait avoir des consultations entre le promoteur et les pêcheurs de la région. Quand un promoteur décide de faire un développement dans une région côtière, il faut arriver à un consensus », invoque Patrick Michael Souci, avant d’avancer : « Si zordi nou finn ferme se la fote minister la pes ek promoter-la. »