L’alliance MMM/MSM était en congrès hier soir à Bambous-Virieux. Les deux leaders, Paul Bérenger et Sir Anerood Jugnauth, ont une fois de plus fustigé le gouvernement pour « non-respect de la démocratie ». Ils ont réclamé la tenue des élections municipales et villageoises au plus vite. Pour SAJ, le renvoi des élections contribuera à « creuser la tombe de Navin Ramgoolam ».
Le remake 2000 a été accueilli dans la liesse populaire hier, dans la circonscription n°11, à Bambous-Virieux. Placé sous la présidence de Mahen Seeruttun, le congrès a réuni les principaux dirigeants de l’alliance MMM/MSM, dont Paul Bérenger, sir Anerood Jugnauth et Pravind Jugnauth.
S’adressant à la foule, SAJ a dressé un parallèle entre le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et son père, sir Seewoosagur Ramgoolam. Il a raconté comment ce dernier, après les élections de 1968 menant le pays vers l’indépendance, a « lâché ses fidèles alliés pour faire alliance avec le PMSD », tout en ajoutant : « Abe koumsa mem Navin inn fer ar Pravind. »
C’est pour cela, a déclaré SAJ, que le Premier ministre doit « rendre le pouvoir au peuple qui avait voté pour l’Alliance de l’avenir et non pour le Parti travailliste et ses transfuges ». À défaut d’élections générales, a-t-il soutenu, il faut organiser les régionales. « Pli Navin Ramgoolam tarde pou donn eleksyon, pli li pe fouy so tom… »
De son côté, Paul Bérenger a comparé Maurice à un bateau fonçant vers les récifs. « Et pendant ce temps, le capitaine se contente de s’amuser. » Le leader du MMM a énuméré les « scandales » ayant secoué le pays ces derniers jours, allant des 350 arpents de terre de Rose-Belle Sugar Estate à l’appel d’offres « sur mesure » de la Corporation Nationale de Transport. Il a aussi sévèrement condamné le Premier ministre pour ses critiques envers le directeur de l’Audit.
Commentant le trafic de drogue dans le pays, Paul Bérenger s’est demandé comment le réseau Gro Derek a pu opérer pendant aussi longtemps sans que les services de police, particulièrement la NSS, n’en soient au courant.
Paul Bérenger est revenu sur le scandale du hedging de la STC. Il a jugé inacceptable que les consommateurs continuent à payer pour les erreurs de la STC. Comme SAJ, le leader du MMM a invité Navin Ramgoolam à organiser des élections générales, ou à défaut, les municipales et villageoises.
Pravind Jugnauth, ancien député de la circonscription, a, lui, fustigé Arvin Boolell, le ministre des Affaires étrangères, qui compte 25 ans de présence au N° 11. « Qu’a-t-il fait pour vous ? Quelles sont ses réalisations en 25 ans ? » Il est revenu sur les projets qu’il avait pour la circonscription, mais qui ont été « bloqués » lorsqu’il a perdu les élections. Il s’est aussi félicité d’avoir eu le courage d’enclencher la réforme de l’industrie sucrière, alors qu’« Arvin Boolell avait eu l’occasion de le faire, mais ne l’a pas fait. »
Pravind Jugnauth a rappelé le bilan du gouvernement MMM/MSM, citant la création de nouveaux secteurs de l’économie. Il s’est demandé combien de nouveaux secteurs Navin Ramgoolam a-t-il créés.
Quant à Mahen Seeruttun, député de la circonscription, il s’est dit triste car « à chaque fois, le tandem MMM/MSM doit venir remettre le pays sur les rails, après que les travaillistes ont tout dilapidé. »