L’enquête du Central CID au sujet du nouveau volet de la Bangaleea Saga avec des hommes de loi pointés du doigt par l’homme d’affaires de Triolet, Nitesh Ramdhary devra passer à l’étape supérieure au cours de cette semaine. En effet, Me Roshi Bhadain, qui est déjà sous le coup d’une inculpation provisoire, a deux rendez-vous majeurs, soit d’abord une convocation formelle, demain, au Central CID pour la suite de son interrogatoire Under Warning dans cette affaire de faux et usage de faux sur des documents et ensuite en Cour suprême, mardi, où il réclame un ordre du juge David Chan, siégeant en référé, pour que l’assistant commissaire de police Pregassen Vuddamalay soit dessaisi de son dossier au Central CID. De son côté, Me Yash Bhadain, est également attendu cette semaine aux Casernes centrales pour son interrogatoire dans le cadre de cette même enquête au pénale. Deux autres suspects dénoncés par Nitesh Ramdhary, soit Andrew Stevenson et le leader du MSM, Pravind Jugnauth, devront être subséquemment convoqués par les enquêteurs.
De sources concordantes, Week-End a appris que Me Roshi Bhadain, qui avait initialement refusé d’entrer dans le box des accusés pour son inculpation provisoire au tribunal de Rose-Hill, a été convoqué officiellement au Central CID, demain, pour la suite de son interrogatoire. Très peu d’indications sont disponibles quant à la démarche que pourrait adopter l’homme de loi. Mais du côté des Casernes centrales, ce rendez-vous est présenté comme revêtant une certaine importance.
Mais aucune des sources contactées n’a voulu s’aventurer pour faire des prévisions sur ce qui pourrait se passer si Me Bhadain décide pour certaines raisons de faire abstraction de cette convocation ou encore les conséquences de ce bras de fer Bhadain/Central CID. En effet, l’homme de loi a déjà engagé une bataille légale en Cour suprême en vue de destituer l’ACP Vuddamalay de toute autorité sur cette enquête.
Les deux parties devront se présenter devant le juge David Chan, mardi, en vue de mettre au point les derniers détails de ce litige. Me Roshi Bhadain a fait une demande en vue d’obtenir un ordre de la Cour suprême pour écarter l’ACP Vuddamalay de toute supervision de cette enquête. Au QG du Central CID, l’on ajoute que le rendez-vous de demain avait été fixé en début de semaine dernière soit bien avant que l’affaire devant le juge Chan ne soit appelée.
De son côté, Me Yash Bhadain, qui devait être interrogé en fin de semaine écoulée, a bénéficié d’un sursis de la police. La raison principale est que le conseil légal de Yash Bhadain, Me Ivan Collendavelloo, Senior Counsel, se trouvait en déplacement à l’île soeur pour des raisons de santé. Un nouveau rendez-vous devra être fixé dans les jours à venir.
Par la suite, les explications d’Andrew Stevenson, partenaire de Me Roshi Bhadain et ancien spécialiste de l’Independent Commision Against Corruption (ICAC) et Pravind Jugnauth, dont les noms ont été cités dans la déposition de Nitesh Ramdhary, devront être consignées dans cette affaire avant que le dossier ne soit transmis au Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, pour des décisions.
Depuis la fin de l’année dernière, l’enquête sur la Bangaleea Saga avec des allégations de détournement de Rs 40 millions a connu un rebondissement. Nitesh Ramdhary est venu de l’avant avec des allégations portées contre Me Roshi Bhadain comme étant l’auteur du complot visant à gonfler le montant à Rs 40 millions de cette transaction immobilière en Inde en vue de tirer un Political Mileage. Il a produit des documents, dont des reçus de la compagnie L’Argonaute, qui auraient été faussés sur des instructions de Me Bhadain.
Me Roshi Bhadain rejette catégoriquement le accusations portées contre lui et avait même initié une Private Prosecution deant le tribunal de Port-Louis contre Nitesh Ramdhary, qui avait sollicité ses services en novembre 2012 pour porter plainte contre Hemant Bangaleea, l’homme à la valise de Rs 300 millions. Mais à l’appel de cette affaire en début de semaine, le DPP a objecté au déroulement de cette Private Prosecution vu qu’une enquête policière est actuellement en cours. Cette prise de position du DPP constitue un véritable déboire pour l’homme de loi jugeant que son intégrité professionnelle est attaquée avec les allégations de Nitesh Ramdhary.