Hemant Bangaleea, homme d’affaires de Triolet connu du milieu judiciaire récemment dans l’affaire qui l’oppose à Nitesh Ramdhary concernant la vente d’un terrain en Inde pour Rs 40 M, a été trouvé coupable d’agression sur un dénommé Dewandsing Bobeechurn, en Cour de Pamplemousses lundi.
Hemant Bangaleea a cette fois-ci été poursuivi en cour de Pamplemousses sous le délit d’agression en violation de l’article 230 (1) du code criminel. Il avait plaidé non coupable.
Les faits se sont produits le 11 mars 2012 à Triolet. La victime, Dewandsing Bobeechurn, discutait avec un chauffeur d’autobus quand Hemant Bangaleea, qui se trouvait dans sa voiture, en serait sorti et aurait agressé le premier avec un sabre après l’avoir klaxonné sur la route. Selon le plaignant, le coup lui a été administré à la tête, mais il ne devait pas souffrir de blessures graves vu qu’il portait un casque de motocyclette. La victime s’était rendue à l’hôpital juste après l’incident pour des soins et avait porté plainte à la police le lendemain. Le certificat médical indiquait que Bobeechurn avait des blessures légères à la tête. Quant à l’accusé, il avait refusé de donner une déposition à la police, soutenant qu’il n’était pas impliqué dans cette agression.
En cour, Hemant Bangaleea avait nié la charge retenue contre lui, ajoutant qu’il ne connaissait pas la victime. Il a affirmé qu’il ne se souvenait pas où il était à ce moment-là, mais que d’habitude, il se rendait à Grand-Baie pour jeter un coup d’oeil sur ses bungalows dans la matinée.
Dans son jugement, la magistrate Adila Hamuth devait noter que l’accusé avait été examiné par un médecin quatre heures après l’agression, et qu’aucun témoin n’a été appelé en cour alors qu’il y avait des personnes présentes qui connaissaient la victime. De plus, ni le casque ni la motocyclette de la victime n’ont été réquisitionnés par la police à des fins d’enquête. Malgré ces quelques « défaillances », la magistrate Hamuth a trouvé que la version de la victime était crédible en plus du certificat médical qui concorde avec le « coup » donné à la tête avec un sabre. Dewandsing Bobeechurn a maintenu en cour qu’il s’était rendu à l’hôpital pour des soins après l’incident et qu’il avait dû attendre quelques heures pour qu’arrive son tour. Concernant la motocyclette et le casque qui n’avaient pas été sécurisés par la police, la victime devait déclarer qu’il les avaient montrés à la police, mais qu’on lui a répondu qu’il pouvait repartir avec. Le procureur devait confirmer ses dires. Sur le fait que les deux hommes ne se connaissaient pas, la magistrate a trouvé qu’il était improbable que le plaignant ait décidé de consigner une fausse plainte contre Hemant Bangaleea. L’accusé n’a pu expliquer pourquoi la victime aurait pu l’impliquer dans cet incident. « I can safely rely on his sole and uncorroborated testimony to find established beyond reasonable doubt that the accused was indeed present at the material time and place and was the assailant of the complainant », a conclu la magistrate à propos du témoignage de la victime. Bangaleea a été condamné à une amende de Rs 5 000.