Le Bangladais Rahman MD Fazlur et sa compatriote Taslima Begum, une machiniste de 39 ans, font face à un procès pour avortement. Lors de leur comparution en cour, de graves irrégularités sont apparues au niveau de l’enquête. Ce que n’a pas manqué de relever Me Neelkanth Dulloo, homme de loi de Rahman Fazlur.
Rahman Fazlur, 38 ans, Bangladais travaillant comme cuisinier, fait face à une accusation de « procuring the miscarriage of a pregnant woman » en Cour intermédiaire. Il est poursuivi pour avoir délibérément remis à Taslima Begum, 39 ans, Bangladaise exerçant comme machiniste, dix pilules de Cytotec pour sa consommation, et ce, afin de mettre un terme à sa grossesse. Il est reproché à Taslima Begum d’avoir consommé ses pilules. Les faits se sont produits en mai 2014. Les deux accusés ont plaidé coupables des accusations portées contre eux en cour.
Leur procès se tient devant le magistrat Raj Seebaluck. Le sergent de police affecté à la CID de Flacq, Dowaraka-Persad, était le premier à être appelé à la barre des témoins et devait produire les déclarations de Rahman Fazlur. Toutefois, une anomalie a été relevée lorsque l’enveloppe scellée, contenant les déclarations de l’accusé, a été ouverte : une seule déposition s’y trouvait. De plus, le Police Prosecutor s’est emmêlé avec les dates auxquelles les dépositions ont été prises.
Face à cette situation, Me Neelkanth Dulloo, homme de loi de Rahman Fazlur, a logé une motion devant le magistrat, demandant que la déposition de son client ne soit pas produite en cour en raison des irrégularités dans les procédures d’enquête. Me Dulloo a également mis l’emphase sur le fait que la déposition originale de son client a été mise sous scellé le 3 juillet 2014, alors que selon le Police Prosecutor, la déposition de l’accusé avait été traduite le 4 juillet 2014. « How was the version statement noted ? On which basis the translation was done as it is dated on 4th july ? » a questionné l’homme de loi. Le magistrat Raj Seebaluck n’a, lui, pas caché son agacement en raison de ces irrégularités dans les procédures d’enquête. Il a ajourné le procès au 30 août. À cette date, la poursuite devra avoir obtenu l’avis du DPP sur cette affaire avant de décider de la marche à suivre. Dans ce procès, l’accusée Taslima Begum est représentée par Me Drawnacharya Ortoo.