Selon le dernier classement établi par la revue The Banker sur la base de données disponible en 2015, le groupe MCB se retrouvait à la 17e place dans le Top 25 des banques africaines évaluées selon les fonds propres de base (Capital Tier 1). Au niveau mondial, le groupe bancaire mauricien occupait la 666e position dans le Top 1 000.
Les données de The Banker indiquent que le groupe MCB disposait de fonds propres de base de USD 1,02 milliard. La Standard Bank Group d’Afrique du Sud, 1er au classement africain, affichait un montant de USD 7,48 milliards, suivie de deux autres groupes bancaires sud-africains, FirstRand (USD 7,18 milliards) et Nedbank (USD 3,86 milliards), classés 2e et 3e respectivement dans le Top 25.
L’Afrique du Sud compte deux autres institutions (Investec et Capitec) dans cette liste alors que le Nigeria en compte sept, dont la Zenith Bank à la 7e place, avec USD 2,84 milliards. L’Égypte est représentée par quatre banques, dont la National Bank of Egypt, (8e avec USD 2,76 milliards), le Maroc par trois institutions, avec, à la 4e place, l’Attijariwafa Bank (USD 3,16 milliards).
Selon les données accompagnant le classement mondial établi par The Banker, une publication du groupe Financial Times, les fonds propres de base des groupes bancaires africains ont globalement baissé de 12,77% en 2015. Cette contre-performance peut aussi être constatée sur la croissance du volume global des actifs et de la rentabilité. « La chute des prix des matières premières et les fluctuations des devises nationales face au dollar ont toutes contribué à cette baisse générale des performances de la plupart des grosses pointures (bancaires) du continent dans le classement 2016 », indique l’Agence Ecofin en reprenant les explications fournies par les auteurs du rapport.
Malgré le fait qu’elles dominent le classement du Top 25 en occupant les trois premières places, les banques sud-africaines ont chuté dans le classement global en raison du recul du volume de leurs actifs. La Standard Bank, précise-t-on, occupe désormais la 160e place, contre la 125e place en 2015. On constate également que le nombre de banques nigérianes répertoriées a baissé, soit de 13 en 2015 à 10 en 2016. Ce recul est lié aux défis économiques du Nigeria, qui est pénalisé par la baisse des prix du pétrole. Ecobank Transnational Incorporated, dont le Nigeria est le plus important marché, a conservé sa 306e place globale et progresse d’une place dans le top 25 africain, obtenant la 6e place. Par ailleurs, on note la bonne performance d’ensemble des grosses pointures des secteurs bancaires kényans et égyptiens.