La branche mauricienne de la Barclays Bank a enregistré pour l’exercice financier se terminant en décembre 2011 des profits après-impôt de Rs 1,2 milliard par rapport à Rs 2,4 milliards en 2010. Sont cependant inclus dans ce dernier montant des revenus opérationnels exceptionnels de Rs 1,3 milliard provenant de la vente des « custodian services » de la banque à la Standard Chartered Bank. « Si l’on exclut cet item, la Barclays aura réalisé une progression de 27 % de ses bénéfices en 2011 », a souligné Ravin Dajee, Managing Director, à une conférence de presse hier au siège social de l’institution à Ébène.
« Nous sommes particulièrement fiers de la performance de la Barclays Bank pour l’année financière écoulée. Une année marquée par une conjoncture économique internationale difficile et au cours de laquelle on a été témoin de la forte pression exercée sur les banques », a déclaré Ravin Dajee. Le Managing Director de la banque a indiqué que les bénéfices atteints en 2011 sont supérieurs à l’objectif initial fixé et que la part revenant aux activités à l’international représente environ 60 %.
Ravin Dajee s’est réjoui de la baisse de 12 % des coûts des opérations cela alors qu’au début de l’année la direction de la Barclays Bank avait prévu que les coûts augmenteraient de 9 %. Au cours de 2011, la banque a procédé à la fusion de ses opérations purement bancaires à celles du crédit-bail. Elle a par ailleurs noté une croissance d’environ 5% du portefeuille des crédits.
Les résultats de 2011, selon le Managing Director de la Barclays Bank, ont été bien reçus par le marché car l’institution s’est vue attribuer le titre de « Bank of the Year » par la revue The Banker et le Mauritius Business Excellence Award pour ses activités dans le domaine de la santé sous le programme CSR (Corporate Social responsibility). Ravin Dajee a mis l’accent sur les valeurs (travail d’équipe, intégrité, innovation, respect et excellence) prônées par la banque.
Répondant à l’appel lancé par la Banque de Maurice (BoM) aux banques commerciales, la Barclays Bank, a annoncé Ravin Dajee, a décidé de revoir à la baisse les frais et commissions imposés sur différents types de transactions. Ce ne sera pas du « window dressing » a-t-il précisé au Mauricien mais une démonstration de la volonté de la banque de procéder différemment et d’encourager ses clients à faire meilleur usage des moyens technologiques mis à leur disposition. La Barclays compte également dans les prochains jours traduire dans la réalité la décision du comité de politique monétaire de la BoM de réduire le taux d’intérêt directeur de 50 points de base.
Ravin Dajee a laissé entendre qu’il sera difficile pour la Barclays Bank de répéter cette année sa performance passée. Il a soutenu que tout sera toutefois fait pour assurer une exploitation rationnelle et optimale des ressources de la banque avec pour objectifs de présenter un retour intéressant aux actionnaires, de réaliser une croissance des revenus dans les différents segments d’activités et au plan géographique.
« Le groupe pense que le continent africain est celui qui attirera davantage les regards des investisseurs. Nous croyons qu’il est un marché en émergence. La Barclays est présente dans une trentaine de pays, dont l’Afrique du Sud, avec une part majoritaire dans l’ABSA. Nous sommes convaincus que la banque est bien placée en Afrique pour jouer un rôle de premier ordre. C’est définitivement dans la région qu’on devra aller chercher notre croissance future », a fait ressortir le Managing Director.
Par ailleurs, en réponse à une question sur le taux d’intérêt, Ravin Dajee a fait savoir qu’il appartient aux banques de décider individuellement de la manière dont elles doivent appliquer la baisse du taux directeur, cela après une étude minutieuse de leurs bilans respectifs.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Phillip Dawe à la tête
d’un conseil consultatif

Ancien chief executive de la HSBC (Mauritius) Ltd. et actuellement consultant en gestion de la société Stanely Gibbons (Guerney) Ltd, Phillip Dawe vient d’être désigné à la présidence d’un conseil consultatif, le Local Advisory Board (LAB) de Barclays-Maurice.
L’institution de ce conseil qui agira comme une sorte de conseil d’administration a été décidée après la publication d’une ébauche de directives par la Banque de Maurice. La Barclays-Maurice est une branche de Barclays-Royaume Uni qui a son propre conseil de direction. Mais, la Bank of Mauritius (BoM) a émis des directives exhortant les banques à créer un conseil consultatif local, d’où l’initiative de Barclays-Maurice.
Le LAB comprend quatre membres indépendants : Phillip Dawe, le président qui compte une trentaine d’années de service à la HSBC, le Professeur Ameenah Gurib-Fakim, ex pro-vice chancellor de l’Université de Maurice et Managing Director du Centre of Phytotherapy Research in Mauritius, Patrice d’Hotman, ancien Chief Executive du groupe IBL, et Kiran Juwaheer, Managing Director de Vivo Energy. Trois membres de l’exécutif y font aussi partie : Ravin Dajee, Managing Director, Cyril Wong Sun Thiong, vice-président, et Franco David, directeur financier.
Le comité conseillera la direction de la banque sur la stratégie à suivre et veillera à ce que les opérations de l’institution soient menées prudemment et soient en ligne avec les principes de bonne gouvernance.