La Bramer Bank a enregistré des profits nets de Rs 79,9 millions pour l’exercice financier 2014 par rapport à Rs 90,9 millions en 2013. Cependant, les résultats audités de la banque indiquent que celle-ci a dégagé des bénéfices avant impôt de Rs 107,2 millions l’année dernière, soit une hausse de 13 millions comparativement au niveau atteint (Rs 94,5 millions) en 2013.
La Bramer a vu son bilan grimper de Rs 15,2 milliards fin décembre 2013 à Rs 18,6 milliards fin décembre 2014, soit une croissance d’environ 22%.  Les dépôts totaux sont passés de Rs 11,9 milliards à Rs 14,6 milliards alors que le portefeuille des crédits a également enregistré une progression de plus de 20% pour atteindre Rs 10,4 milliards.   
Commentant la performance de la banque au cours de l’exercice financier 2014, le professeur St-John Neville Bates, président du conseil d’administration de la Bramer, déclare dans un communiqué de presse qu’elle est principalement due à une augmentation des revenus nets d’intérêts. Celle-ci, précise-t-il, découle de l’extension des quatre principaux segments d’activités de la banque, notamment le retail, le corporate, l’international et le private banking « ainsi qu’a une vision claire, combinée à des investissements stratégiques et à une talentueuse équipe de professionnels ». Les revenus nets d’intérêts se sont élevés à Rs 712,1 millions en 2014, contre Rs 475,6 millions en 2013.
« La Bramer Bank a maintenu un niveau de croissance intéressant au cours de ces dernières années, démontrant ainsi la continuité de son évolution et la solidité de ses assises. De nombreuses innovations sont à prévoir pour les mois à venir », explique le Pr Bates.
Par ailleurs, le Chief Executive Officer (CEO) de la Bramer, Ashraf Esmael, a annoncé, dans une récente édition en ligne de la revue World Finance, que la banque a des plans ambitieux de développement en Afrique et que la banque compte s’appuyer sur le positionnement solide de Maurice en tant que plateforme financière tournée vers la région, le réseau de « correspondent banks » au niveau international ainsi que sur l’image de marque du British American Investment Group. La Bramer, affirme-t-il, « will expand its offshore activities across and beyond the continent, using Mauritius as a regional business and financial services hub ».
Par ailleurs, Ashraf Esmael fait ressortir que la compétition est farouche dans le secteur bancaire local, mais a ajouté : « We believe that by having differentiated products and services relevant to the different market segments we serve, alongside a highly talented workforce, we will continue to stand out to customers. » La Bramer, a-t-il indiqué, compte un portefeuille de plus de 180 000 clients et, a soutenu le CEO, la promotion de l’inclusion financière demeure au centre de sa culture d’entreprise.  
Notons que le magazine Global Finance avait récompensé la Bramer Bank en tant que « Best Bank in Mauritius 2014 ».