« Dans un secteur bancaire en plein essor, il est non seulement du devoir du régulateur de s’assurer de la protection des consommateurs, il est aussi celui des banquiers de veiller au bien-être de leurs clients », a déclaré Manou Bheenick, gouverneur de la Banque de Maurice, lors de l’inauguration vendredi soir de l’agence rénovée de la Banque des Mascareignes à Grand-Baie. « Dans un secteur bancaire en plein essor, il est non seulement du devoir du régulateur de s’assurer de la protection des consommateurs, il est aussi celui des banquiers de veiller au bien-être de leurs clients », a déclaré Manou Bheenick, gouverneur de la Banque de Maurice, lors de l’inauguration vendredi soir de l’agence rénovée de la Banque des Mascareignes à Grand-Baie. Cette agence mettra à la disposition de ses clients des services de chargés d’affaires de la gestion privée et des professionnels dans le secteur des petites et moyennes entreprises.
Dans son allocution, Manou Bheenick est revenu sur la récente mesure prise par la banque centrale concernant l’institution d’un groupe de travail pour enquêter sur « les clauses et conditions abusives des contrats bancaires et autres contrats financiers ».
Le gouverneur a réitéré que la protection des consommateurs a toujours figuré parmi ses grandes priorités depuis qu’il a pris la barre à la Banque de Maurice (BoM).
« Le nombre croissant de griefs exprimés par les consommateurs a motivé notre toute dernière action. Nous avons émis un communiqué, pas plus loin que mercredi dernier, invitant le public et les banquiers, entre autres, à participer à un exercice, dont l’objectif est d’acquérir une plus grande compréhension des modalités et conditions régissant les contrats entre un consommateur et une institution financière. Nous menons, en parallèle, un autre exercice avec la MBA visant à simplifier toute la documentation relative aux contrats », a indiqué Manou Bheenick. Il a ensuite annoncé que lors de la dernière réunion entre la BoM et les banques commerciales, les autorités bancaires ont insisté pour que chaque banque soit dotée d’un « Complaints Desk » pour traiter les doléances de leurs clients qui sont, selon lui, nombreuses.