Le groupe State Bank of Mauritius Ltd a réalisé pour le premier semestre de son exercice financier 2011-2012 des profits après-impôt de Rs 1,3 milliard, soit une croissance de 17,3 % par rapport au montant enregistré pour la période correspondante de 2010-2011.
Approuvés hier par le conseil d’administration, les résultats intérimaires (juillet-décembre 2011) du groupe State Bank of Mauritius Ltd (SBM) indiquent que les bénéfices après-impôt ont augmenté de plus de 33 % par rapport à la même période de l’année précédente. Ces chiffres étant sur une base comparative, c’est-à-dire excluant les gains non-opérationnels tels la plus-value dégagée après disposition de certains investissements en actions. Le conseil d’administration de la SBM soutient dans son rapport que cette performance a été atteinte grâce à une progression des revenus nets sous forme d’intérêts, laquelle progression étant attribuable à une meilleure répartition des actifs ainsi qu’à une augmentation notable des revenus autres que les intérêts. Les directeurs observent que malgré une croissance de 9 % dans les dépenses opérationnelles, le ratio coûts-revenus s’est amélioré à 34 % pour le semestre se terminant au 31 décembre 2011 comparé à 36 % pour la même période de l’exercice précédent.
En incluant les revenus non-opérationnels tels que la plus-value sur la vente d’actifs, on constate une hausse de 17,3 % des bénéfices après impôt du groupe pour atteindre Rs 1 336,9 millions pour ce premier semestre comparé à Rs 1 139,4 millions pour les six mois se terminant au 31 décembre 2010. Les résultats montrent que les revenus nets sous forme d’intérêts sont passés de Rs 1,3 milliard à Rs 1,5 milliard alors que les frais et commissions nets se sont élevés à Rs 590,1 millions contre Rs 389,3 millions. Les profits opérationnels se sont chiffrés à Rs 1,6 milliard contrairement à Rs 1,3 milliard pour le premier semestre de l’exercice 2010-2011.
Un communiqué émis par le groupe à l’issue de la réunion du conseil d’administration indique que l’investissement dans les bons du trésor à moindre rendement a baissé de Rs 4,5 milliards comparé à juin 2011, alors que le ratio des crédits par rapport aux dépôts s’élevait à 86,4 % au 31 décembre 2011 comparé à 81,8 % au 30 juin 2011. « La qualité du portefeuille d’actifs s’est encore améliorée, comme reflétée dans les gross and net impaired credit ratios qui s’élèvent à 1 % et 0,25 % respectivement au 31 décembre 2011 contre 1,4 % et 0,46 % respectivement au 30 juin 2011 », souligne le communiqué… Le ratio d’adéquation du capital du groupe se situait à 20,9 % à fin décembre, un niveau jugé confortable puisqu’il est bien au-dessus du minimum réglementaire de 10 %.
Évoquant les perspectives dans son rapport, le conseil d’administration constate que l’économie mondiale continue de montrer des signes de faiblesse, la situation en Europe demeurant très difficile. « Des retombées négatives sur l’économie mauricienne sont déjà visibles et devraient persister pendant un certain temps », affirment les directeurs, qui prévoient que le climat d’investissement devrait rester plutôt sombre, ce qui affectera la demande de crédits bancaires. Dans une telle conjoncture, la direction du groupe bancaire continuera à miser sur une gestion pointue des coûts et à accroître ses efforts pour diversifier les sources de revenus, avec un accent particulier sur le marché indien.
Le groupe annonce par ailleurs que d’importantes améliorations sont prévues dans le domaine de la technologie en vue de rehausser davantage le service clientèle et l’efficience.