Les facilités de crédit pourvues par les banques commerciales aux petites et moyennes entreprises dans le cadre d’un plan de financement spécial introduit en décembre 2011 ne cessent de croître mois après mois.
Selon la Banque de Maurice, à fin juillet 2012, soit en huit mois, les 13 banques commerciales participant au Small and Medium Enterprises Financing Scheme ont octroyé des crédits totalisant Rs 928,3 millions, soit une progression d’environ Rs 189 millions par rapport au montant enregistré à fin juin 2012. Les banques participantes ont, selon un relevé de la BoM, reçu des demandes pour des crédits de l’ordre de Rs 1,3 milliard sur la période 1er décembre 2011-31juillet 2012. On observe que sur un total de 743 demandes, la Mauritius Commercial Bank a reçu 297 pour un montant se chiffrant à Rs 649,9 millions, précédant nettement la State Bank of Mauritius (Rs 191,9 millions), la Mauritius Post and Cooperative Bank (Rs 100,4 millions) et la Barclays (Rs 91,2 millions).
Quarante et un dossiers représentant un montant de Rs 98,3 millions ont été rejetés avec pour résultat que les crédits approuvés à la fin du mois écoulé se situaient à Rs 928,3 millions dont Rs 398,6 millions sous forme de prêts et Rs 385,9 millions de découverts bancaires. La MCB avait approuvé des crédits se chiffrant à Rs 450,5 millions contre Rs environ Rs 331 millions à fin juin 2012. La SBM avait, elle, donné son accord au décaissement de Rs 187,5 millions contre Rs 183,7 millions en juin. On retrouvait en troisième et quatrième positions la Barclays (Rs 63 millions) et la MPCB (Rs 50,6 millions), ces deux dernières institutions améliorant également leurs performances.
Les autorités bancaires rapportent qu’à fin juillet 2012 le montant de crédits en suspens s’élevait à près de Rs 497 millions dont Rs 237 millions en prêts et Rs 208 millions en découverts bancaires.
L’introduction du plan spécial de financement des PME avait été annoncée dans le discours du budget 2012. Les PME bénéficient d’un taux d’intérêt favorable sur leurs emprunts : soit un taux équivalent à 300 points de base au-dessus du taux directeur fixé par la BoM.
Par ailleurs, la banque centrale annonce dans un communiqué publié hier qu’elle a conclu un accord avec Bank One pour l’octroi d’une ligne de crédits en devises qui sera rétrocédée à une entreprise opérant dans le secteur touristique. C’est le deuxième décaissement en faveur d’un opérateur de l’industrie touristique, le premier ayant fait l’objet d’un accord signé le 10 août dernier par la BoM avec la MPCB.
Cette ligne de crédits en devises a pour principal objectif de soulager les entreprises affectées par la persistance de la crise globale en particulier dans la zone euro. La BoM est consciente que des opérateurs économiques peuvent être affectés par ce qu’elle appelle le « déséquilibre entre les devises en lesquelles les recettes sont libellées et leurs dettes en roupies » avec pour conséquence des difficultés au niveau du service de la dette ainsi que des retombées négatives sur leurs bilans.
Une ligne de crédits en devises (dollar américain, euro et livre sterling) de l’ordre de 600 millions d’euros est proposée par la banque centrale. Les fonds sont prêtés aux banques commerciales au taux de six mois du LIBOR (London Interbank Offered Rate) plus 100 points de base pour les crédits arrivant à maturité dans une année ou plus. Pour les crédits de moins d’une année, le taux applicable est le LIBOR plus 75 points de base. Les banques commerciales sont habilitées à reprêter ces fonds à leurs clients au taux suivant : 200 points de base au-dessus du taux réclamé par la BoM.
Les autorités bancaires disent noter avec satisfaction que les opérateurs économiques sont en train d’utiliser la ligne spéciale de crédits en devises. Une certaine hésitation de la part des banques commerciales avait été notée au départ mais la situation s’est améliorée depuis la révision des taux d’intérêt frappant ces crédits spéciaux.