Les mises en garde de la Banque de Maurice contre des tentatives de fraudes financières se multiplient ces derniers temps. Mais la dernière en date suscite davantage d’appréhensions dans la mesure où les fraudeurs ont été jusqu’à usurper l’identité du gouverneur de la Banque de Maurice Rundheersing Bheenick et les armoiries de la Banque Centrale en vue de convaincre leurs cibles.
Le communiqué de la Banque de Maurice n’écarte pas la possibilité que des Mauriciens aient déjà été victimes de “scams” sur le plan international et leur demande de rapporter les cas à la police. La BOM attire l’attention du public en général que « the logo of the Bank and the photograph of a member of the Monetary Policy Committee purported to be the Governor of the Bank are currently being associated with correspondences allegedly issued by Mr Rundheersing Bheenick, Governor of the Bank of Mauritius, with a view to deceiving members of the public ».
Le but des auteurs de ces tentatives de fraude est d’obtenir que d’importants fonds soient transférés à leurs comptes dans les 48 heures après présentation de “Clearance Certificates” d’organisations internationales, telles que le Fonds monétaire international. Mais pour obtenir ces documents, les personnes doivent communiquer des détails sur leurs comptes en vue de faciliter les démarches sur le plan international.
« La Banque de Maurice fait un pressant appel aux membres du public pour qu’ils évitent de faire des transferts de fonds ou de révéler des détails de leurs comptes bancaires à des personnes se présentant comme des officiers de la Banque ou autres. Fraudulent loss and identity theft could result from the transfer of money or personal information to the issuers of such fradulent correspondence », s’appesantit la BOM, qui rejette toute responsabilité dans des transactions engagées sur la base des correspondances avec l’identité usurpée du gouverneur ou encore les armoiries contrefaites.
La Banque Centrale demande aux éventuelles victimes de cette bande de fraudeurs sur le plan international de rapporter le cas à la police et a ouvert un Desk spécial à la BOM Tower pour des informations complémentaires.