La Banque de Maurice, avec son gouverneur Basant Roi, a franchi en cette fin de semaine une nouvelle étape dans le démantèlement de la Bramer Bank après l’avoir placée hors circuit depuis une semaine déjà. Depuis hier soir, la National Commercial Bank, nouvelle banque d’État qui remplace la défunte Bramer Banking Corporation, est en possession de sa licence bancaire pour démarrer ses activités. Les indications sont que cette nouvelle institution devrait être pleinement opérationnelle dès ce lundi, les employés de la Bramer étant maintenus à leur poste. Lors d’une conférence de presse à cet effet à 19h45 hier à la BOM Tower, le gouverneur de la banque centrale, Basant Roi, a fait état d’une situation des plus paradoxales survenue tout dernièrement, des membres du board et du staff de la Bramer enlevant leur argent de leur propre banque alors que le gouvernement, lui, avait toujours un dépôt de Rs 2 Mds dans cette même institution.
La Banque de Maurice Roi a franchi une nouvelle étape dans le démantèlement de la Bramer Bank après l’avoir placée hors circuit depuis une semaine déjà. Depuis hier soir, la National Commercial Bank, nouvelle banque d’État qui remplace la défunte Bramer Banking Corporation, est en possession de sa licence bancaire pour démarrer ses activités. Selon toutes les indications cette nouvelle institution devrait être pleinement opérationnelle dès lundi avec le staff de la Bramer maintenu à son poste. Lors d’une conférence de presse à cet effet à 19 h 45 hier, le gouverneur de la BoM, Ramesh Basant Roi, a fait état d’une situation des plus paradoxale survenue tout dernièrement avec des membres du board et du staff de la Bramer enlevant leur argent de leur propre banque alors que le GM avait toujours un dépôt de Rs 2 milliards dans cette même institution.
C’est des mains du gouverneur de la banque de Maurice que le Chairman de la National Commercial Bank, Said Lalloo, a obtenu sa licence bancaire hier soir à la BOM Tower en vue de démarrer les opérations bancaires lundi. À un certain moment, Saïd Lalloo a tenu à remercier le gouverneur de la banque de Maurice et ses proches collaborateurs pour le travail sans relâche effectué ces derniers jours afin de parvenir à ce dénouement. La National Commercial Bank étant pleinement opérationnelle dès lundi, le transfert des actifs de la Bramer au nom de la nouvelle institution devrait se dérouler le même jour. Le gouverneur de la BOM a fait part de l’importance de ne pas perdre du temps à activer les procédures afin de maintenir la confiance des clients dans le système financier.
Abordant la chronologie de l’effondrement de la Bramer Bank, le gouverneur de la Banque centrale a soutenu que l’institution avait été placée sous « money trail on daily basis » depuis décembre devant les premiers transferts de fonds enregistrés à partir du milieu de ce mois. « Des membres du board et du staff de la Bramer enlevaient leur argent de leur propre banque alors que le gouvernement avait un dépôt de Rs 2 milliards au sein de cette institution. Ce mouvement a été suivi par d’autres personnes avec rapidité », a fait ressortir Ramesh Basant Roi tout en confirmant que si la BOM n’avait pas pris des actions concrètes et rapide, la chute de la Bramer Bank aurait été fatale, peut-être dès le lendemain même de la décision prise par la BOM. Pire encore, dit-il, la débâcle de la Bramer aurait pu entraîner dans son sillage d’autres banques commerciales étant donné que celles-ci lui avaient prêté de l’argent.
À la fin de la conférence de presse, le gouverneur, qui avait à ses côtés le secrétaire financier Dev Manraj, le Chairman de la NCB Saïd Lalloo et les deux conservateurs de PwC, André Bonieux et Mushtaq Oosman, a fait état d’une lettre jugée insultante adressée à la Banque Centrale. Celle-ci, selon les affirmations de M. Basant Roi, accuse la BOM d’avoir eu un « political motive » en révoquant la licence bancaire de la Bramer Bank. Des actions légales pourraient être envisagées contre le cabinet d’avocat qui a fait parvenir cette correspondance. « La BOM n’a pas été guidée par aucune motivation politique pour révoquer cette licence. Nous avons pris des actions en vue de protéger les intérêts des depositors », a soutenu avec force le gouverneur de la Banque centrale.