Selon le rapport 2012 de la Banque mondiale sur la logistique commerciale, rendu public cette semaine, Maurice occupe la 72e place sur 145 pays. Le pays est en progression par rapport à son classement 2010 (82e) mais n’est que troisième au niveau du groupe de pays d’Afrique subsaharienne derrière l’Afrique du Sud (23e) et le Botswana (68e) alors que Singapour arrive en tête du classement mondial devant Hong Kong.
Six indicateurs de performance sont établis par la Banque mondiale (BM) pour l’établissement d’un classement mondial concernant la logistique commerciale et pour mesurer la performance de chaque pays dans un groupe régional ou selon le niveau des revenus. Ces indicateurs clés sont : a) l’efficacité dans le processus de clearance à la douane (rapidité, simplicité et prévisibilité au niveau des formalités) ; b) la qualité de l’infrastructure commerciale et de transport (port, réseau routier, technologie informatique, entre autres) ; c) la facilité dans l’organisation des transports maritimes à des coûts compétitifs ; d) la compétence et la qualité des services logistiques (offerts notamment par les opérateurs du transport, les courtiers de douane) ; e) l’habilité à suivre le mouvement des marchandises depuis leur embarcation jusqu’à la livraison ; f) la promptitude dans les arrivées des navires et la livraison des commandes.
Sur un total moyen de 5 points, Maurice a réalisé un score de 2,82 points, se voyant attribuer les notes suivantes sous les différents critères : douane (2,58 pts), infrastructure (2,83 pts), expéditions maritimes internationales (2,5 pts), compétence logistique (2,67 pts), traque des marchandises (2,83 pts) et promptitude dans les arrivées des navires (3,52 pts). Le rapport indique que le score moyen pour l’ensemble des pays d’Afrique subsaharienne est de 2,46 points alors que les pays à revenus intermédiaires, groupe dans lequel figure Maurice, ont affiché un score de 2,84 points. Dans le rapport 2010 de la BM, Maurice s’était vue attribuer une note moyenne de 2,72 points pour se retrouver au 82e rang mondial. Cette performance marquait une nette amélioration par rapport au classement de 2007 quand Maurice pointait au 132e rang avec un score général de 2,13 points.
Selon la BM, les progrès accomplis dans le domaine de la performance de la logistique commerciale ont ralenti au cours des deux dernières années dans le contexte de la récession mondiale. Cependant, les pays qui ont poursuivi des réformes résolues, ont continué à améliorer leur performance. Intitulé « Connecting to Compete 2012 : Trade Logistics in the Global Economy », le rapport 2012 place Singapour en première position avec 4,13 points devant Hong Kong (4,12 pts), la Finlande (4,05 pts), l’Allemagne (4,03 pts) et les Pays-Bas (4,02 pts). Des pays comme l’Afrique du Sud, le Chili, la Chine, les États-Unis, l’Inde et la Turquie ont tous amélioré leurs résultats, indique l’étude qui repose sur l’enquête mondiale la plus complète effectuée auprès des transitaires et des transporteurs express internationaux.
« La logistique commerciale est essentielle à la compétitivité économique, à la croissance et à la réduction de la pauvreté », déclare Otaviano Canuto, vice-président de la Réduction de la pauvreté et gestion économique (PREM) à la Banque mondiale. Malheureusement, ajoute-t-il, le fossé logistique entre les pays riches et les pays pauvres perdure, la convergence observée entre 2007 et 2010 ayant cessé à la suite, notamment, de la récession mondiale, alors que la crise de l’endettement en Europe a détourné l’attention de la réforme de la logistique.
Selon les LPI (indice de performance logistique), les pays à revenus élevés dominent le classement logistique, tandis que les pays les moins performants sont les économies moins développées qui sont souvent des pays enclavés, de petits États insulaires ou des pays sortant d’un conflit. « La performance logistique n’est toutefois pas simplement déterminée par le niveau du revenu par habitant puisque de nombreux pays affichent de meilleurs résultats que d’autres dans différents groupes de revenus », observe la BM.
Dans le groupe des pays à revenus intermédiaires, tranche supérieure, les pays en tête du classement sont l’Afrique du Sud, la Chine et la Turquie. Dans le groupe des pays à revenus intermédiaires, tranche inférieure, l’Inde, le Maroc et les Philippines affichent des améliorations de leurs performances supérieures à la moyenne. Enfin, dans la catégorie des pays à faibles revenus, ce sont le Bénin, le Malawi et Madagascar qui ont les meilleurs résultats.
« L’infrastructure est le principal moteur des progrès dans les pays affichant les meilleurs résultats, suivie par l’amélioration des services logistiques et de la gestion des douanes et des frontières », explique Mona Haddad, responsable du secteur du Commerce international de la Banque mondiale. Il constate que dans tous les pays en tête du classement, il y a une étroite coopération entre les secteurs public et privé et la poursuite d’une démarche couvrant tous les aspects du développement des services, de l’infrastructure et d’une logistique efficace.