La direction de la SBM Holdings Ltd (SBMHL) s’est fixée pour objectif de dépasser la barre des Rs 3 milliards de profits nets pour l’exercice financier 2017. L’année dernière, la SBMHL avait dégagé des bénéfices après impôts de Rs 2,3 milliards, soit une progression de l’ordre de 44% par rapport à 2015. Rencontrant des analystes financiers au siège de la SBM Tower hier après-midi, Kee Chong Li Kwong Wing, président du conseil d’administration, a estimé l’objectif réalisable, soutenant que « ce n’est pas une estimation frivole ». Abondant dans le même sens, Raj Dussoye, Chief Executive de la SBM Bank, a laissé entendre que le groupe espère enregistrer une croissance d’au moins 25% de ses profits cette année, ajoutant qu’il est sur la bonne voie compte tenu de la tendance notée au cours du premier trimestre 2017.
Pendant environ deux heures, Kee Chong Li Kwong Wing et Raj Dussoye, entourés de Kris Lutchmeenaraidoo, Chief Executive de la division des « Non Banking Financial Operations », et de Shailen Sreekeessoon, Head of Strategy & Research, ont présenté les principaux indicateurs de performance du groupe bancaire et les facteurs qui ont influé sur ses résultats en 2016 avant d’élaborer sur la stratégie future. D’emblée, Kee Chong LI Kwong Wing a fait ressortir que 2016 a été une année de consolidation pour le groupe, avec à la clé une progression substantielle (+44%) des bénéfices nets à environ Rs 2,3 milliards, soit un niveau qualifié de « normal » par la direction. « L’épisode BAI est derrière nous mais nous nous sommes retrouvés devant un autre épisode en 2016, appelé Flamingo, qui a affecté quelque peu l’image de la banque », a déclaré le président de la SBMHL. Le projet Flamingo porte sur la mise en place d’une plateforme digitale devant permettre au groupe de passer à un niveau opérationnel plus élevé en termes de « digital banking ». Le projet Flamingo s’est révélé très coûteux et, selon la direction du groupe bancaire, un montant de l’ordre de Rs 5 milliards devra être amorti graduellement sur les prochaines dix années à raison de Rs 500 millions annuellement. « Nous sommes en train d’affronter la situation avec beaucoup de détermination », a fait comprendre Kee Chong Li Kwong Wing.
« Malgré l’épisode BAI, les provisions conséquentes pour créances douteuses et les imperfections du projet de plateforme informatique, je suis très confiant en l’avenir du groupe bancaire », a-t-il poursuivi. Kee Chong Li Kwong Wing a ainsi donné l’assurance que la nouvelle plateforme numérique du groupe sera prête avant la fin de l’année et qu’elle « ouvrira la voie à une nouvelle expérience client ». S’agissant de l’internationalisation des opérations de la SBMHL, il a affirmé que la croissance « est déjà visible » mais a regretté que le groupe n’ait pas su prendre avantage dans le passé des dispositions favorables du traité de non-double imposition entre Maurice et l’Inde. A noter que la SBMHL aura bientôt une filiale à part entière dans la grande péninsule. Cette banque aura ainsi son propre conseil d’administration et son équipe de management. La stratégie du groupe est d’ailleurs d’ouvrir au moins une dizaine d’agences chaque année en Inde, et ce sur une période de cinq ans.
Dans la région, la direction du groupe bancaire annonce le prochain démarrage des opérations aux Seychelles et l’expansion du réseau d’agences à Madagascar, en particulier dans des régions où l’activité économique est plus intense. En ce qu’il s’agit de l’Afrique, Kee Chong Li Kwong Wing a indiqué que, dans le sillage du rachat de la Fidelity Commercial Bank, c’est sous l’appellation de la SBM Bank Kenya que reprendront les activités de l’institution financière. La SBMHL attend toutefois de régler en cour de justice un différend avec certains actionnaires de la Fidelity Commercial Bank. La direction de la SBMHL s’est fixée pour objectif de porter la part de l’international dans les revenus du groupe à environ 50% d’ici les trois à cinq prochaines années, contre 16% fin décembre 2016.
Kee Chong Li Kwong Wing a ensuite fait état du troisième volet de la stratégie de la SBMHL, soit la diversification des produits et services, incluant une intensification des « Non Banking Financial Operations ». Dans cette optique, le groupe lancera dans les prochains mois une société d’affacturage et une de microfinance pour soutenir encore plus les Petites et moyennes entreprises. Le groupe a également déposé une demande à la Financial Services Commission pour une « Investment Banking Licence ». Pour le président de la SBMHL, 2017 sera marquée par un véritable « take off » du groupe avec une croissance des profits à plus de Rs 3 milliards. « You will see things improve from a governance point of view and in terms of management processes », a-t-il promis, non sans avoir critiqué son prédécesseur pour « certains manquements ».