Au banquet organisé vendredi dernier par la Fédération des sociétés chinoises au Swami Vivekananda, à Pailles, à l’occasion de la Fête du Printemps qui est célébrée aujourd’hui, le PM a retrouvé ses élans de rassembleur qui lui faisait défaut ces derniers temps. Il a, en effet, ouvert son discours en évoquant l’Année du Serpent et le symbole que représente cet animal dans l’hindouisme. Il a d’emblée mis l’emphase sur la dimension multiculturelle de Maurice en estimant que le pays a la chance d’avoir cette diversité qui lui permet de s’épanouir et de s’enrichir. Il a aussi souligné que Maurice est un des rares pays où la Fête du Printemps est un jour férié.
Le PM a affirmé qu’il n’y a pas de grandes et de petites communautés à Maurice mais une seule communauté mauricienne. Navin Ramgoolam est d’avis que l’arc-en-ciel des communautés mauriciennes a apporté sa contribution au développement du pays. Il a également rendu hommage à la communauté chinoise pour sa réussite, résultat de leur ardeur au travail : « Nous savons tous comment les boutiques chinoises du coin sont devenues des supermarchés. C’est le fruit du travail, des sacrifices, des emprunts. Personne ne réussit sans efforts », avant d’ajouter : « Ena envi vinn ris vit vit me ena enn koze ki dir : pli ou mont vit pli pou tom anba vit. »