« Blues Everywhere I Go » : il y a plus de 20 ans, après le jazz c’est le blues qu’elle a ajouté à son répertoire avec cet album sorti en 2015. Barbara Hendricks, née en Arkansas (Etats-Unis), diplômée en Mathématique et en Chimie, a étudié à la Juilliard School of Music de New York avec Jennie Tourel. Elle s’est produite sur toutes les plus grandes scènes d’opéra, notamment l’Opéra de Paris, le Metropolitan Opera de New York, Covent Garden à Londres et La Scala de Milan. Elle a chanté sous la direction des chefs les plus prestigieux de notre époque, comme Daniel Barenboim, Leonard Bernstein, Karl Böhm, Sir Colin Davis, Carlo Maria Giulini, Bernard Haitink, Herbert von Karajan…
Sa venue et son concert à Maurice s’inscrivent dans le cadre des activités pour marquer le 50e anniversaire de l’indépendance le 12 mars 2018. Le comité organisateur sous la présidence du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, a annoncé cette semaine la venue en novembre prochain à Maurice de Barbara Hendricks, connue pour son vaste répertoire classique, mais aussi comme ambassadrice honoraire à vie du haut-commissariat des Nations unies aux Réfugiés. Dans le cadre de sa tournée mondiale « Blues Everywhere I Go », elle donnera un concert avec en première partie des artistes mauriciens.
On connait Barbara Hendricks comme soprano et interprète de récital. Il y a eu aussi son entrée dans le monde du jazz avec le répertoire de Duke Ellington et celui de Billie Holiday. Barbara Hendricks est remontée aux sources du jazz en chantant le blues avec son Band. Un livre-disque « Blues Everywhere I Go » nous fait voyager dans le delta du Mississippi et nous fait découvrir la diversité des thèmes portés par le blues : de l’expression de la souffrance humaine (Dinks Blues ou Cross Roads Blues) jusqu’à l’aspect politique du blues et son rôle important dans la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis (Strange Fruit, Down In Mississippi ou I Wish I Knew How It Would Feel To Be Free).
Comme le dit la chanteuse, sa voix de médium a mûri. Dans le blues, la voix de Barbara Hendricks prend de belles couleurs. Accompagnée des musiciens avec qui elle tourne depuis des années, la singularité de sa voix, la variété de ses timbres rend ce répertoire annoncé fascinant pour les mélomanes. C’est Opera Mauritius qui a été choisi par le comité national pour l’organisation du concert de Barbara Hendricks en novembre. Le concert, qui sera organisé et placé sous l’égide de la présidence de la République, verra en première partie, les prestations de Véronique Zuël (soprano), Éric Triton (blues man) et de Dean Nookadu (pianiste) qui présenteront un répertoire original.
Le mot de l’éditeur « Blues everywhere I go »
« Après avoir exploré le répertoire de Duke Ellington et celui de Billie Holiday, Barbara Hendricks revient cette fois aux sources du jazz en chantant le blues et en explorant ses racines dans Blues Everywhere I Go. Voilà plus de 20 ans que Barbara Hendricks a ajouté le jazz à son répertoire sous l’impulsion de Claude Nobs, fondateur du Festival de Montreux. Quoi de plus normal : cette musique fait partie de ses racines, elle qui commença en chantant des negro spirituals dans l’église de son père, pasteur dans l’Arkansas… Forte de sa culture classique et de celle des negro spirituals, Barbara Hendricks offre une interprétation de ces blues plus proche du gospel que de celle des chanteuses aux voix enfumées. La sensibilité musicale de l’artiste et la qualité des musiciens l’entourant nous font apprécier ce live avec ses impros savoureuses… »
Les engagements de Barbara Hendricks vont au-delà de la musique. Depuis plus d’une vingtaine d’années, elle défend la cause des réfugiés dans le monde entier en collaboration avec le haut-commissariat des Nations unies aux Réfugiés. Elle est également ambassadrice honoraire à vie de l’UNHCR avec des missions faisant appel à sa longue expérience dans le domaine.
Depuis 1987, elle travaille activement pour le haut-Commissariat des Nations-Unies (UNHCR) dont elle est Ambassadrice de Bonne Volonté, visitant des camps de réfugiés à travers le monde. En 1998, elle crée la Fondation Barbara Hendricks « Pour la Paix et la Réconciliation « afin de personnaliser sa lutte pour la prévention des conflits dans le monde et faciliter la réconciliation et encourager la paix.
Barbara Hendricks a reçu de nombreuses distinctions pour ses activités artistiques, ainsi que pour ses actions humanitaires dont le Docteur Honoris Causa de l’Université de Grenoble (1996) et la distinction de Chevalier de la Légion d’honneur par le Président François Mitterrand en 1992.