Une communication de la direction de la Barclays Bank informant d’un projet de “outsourcing” de certains services a provoqué une certaine inquiétude au sein du personnel qui craint des pertes d’emplois. À l’appel du syndicat, les employés se mobilisent ce matin. La semaine écoulée à la Barclays House à Ébène et dans les autres succursales de cette banque s’est déroulée dans une atmosphère tendue.
La Barclays Bank est dans un processus de restructuration et selon ses responsables (voir déclaration plus loin), le projet de “outsourcing” (externalisation/sous-traitance) fait partie de ce plan de réorganisation, et qui ne concerne que deux départements, à savoir le “Contact Centre” et le “Collection and Recovery Service”. La communication qui en fait état avait été adressée au personnel de ces deux départements il y a environ deux semaines. Mais, selon nos informations, le management a eu une réunion il y a environ quatre mois, avec le Mauritius Bank Office Guild, le syndicat des employés, pour exposer le projet et cela n’avait pas fait l’unanimité.
Dans la réponse transmise au Mauricien, la direction souligne que le “outsourcing” est une éventualité et qu’elle attend l’approbation des autorités concernées, dont celle de la Banque de Maurice. La direction explique que c’est dans un souci de transparence qu’elle a mis au courant le personnel directement concerné.
Cependant, du côté des membres du Mauritius Bank Office Guild, c’est un autre son de cloche. Les responsables de ce syndicat affirment que lors de cette réunion de consultation, le management avait présenté le “outsourcing” comme un fait accompli. « On nous a parlé ce jour-là de décisions prises pour le outsourcing et le management a fait part des options pour le personnel concerné. Évidemment nous n’étions pas d’accord », a soutenu un de ceux présents à cette rencontre.
Une cinquantaine de personnes travaillent dans ces deux départements identifiés pour la sous-traitance ; une vingtaine d’entre elles sont des employés permanents et les autres, embauchés sur une base contractuelle. La direction leur propose comme première alternative de prendre de l’emploi dans l’entreprise de sous-traitance sous de nouvelles conditions d’embauche. Mais quant à ceux qui ne veulent pas changer de poste, ils pourront rester à la Barclays Bank pour une période déterminée et ensuite faire acte de candidature pour les postes disponibles mais sans aucune garantie que leur demande soit acceptée. Autrement, ils devront quitter l’entreprise à l’échéance de la période fixée.
Même si l’outsourcing ne concerne pour l’heure qu’une cinquantaine d’employés, la crainte s’est emparée subitement depuis une semaine de tout le personnel. « L’atmosphère a complètement changé. La situation est très tendue », confie une employée. La rumeur voudrait qu’il y ait un licenciement massif dans un proche avenir. « Il y a une psychose collective inutile », constate un cadre sur un ton quelque peu agacé.
Le syndicat appelle ses membres à être solidaires de leurs collègues concernés par ce projet d’outsourcing. « Nous organisons cette manifestation pacifique pour soutenir nos collègues qui sont affectés par cette nouvelle stratégie de la direction, mais aussi pour protester contre le dégraissage dans l’entreprise. L’outsourcing pourrait s’étendre à d’autres départements », craint un des dirigeants syndicaux. La manifestation de ce matin est prévue de 10 heures à 11h30 en face de la Barclays House, à Ébène.
La Barclays Bank fait partie des plus anciennes institutions bancaires du pays. Elle est présente à Maurice depuis 1919 et depuis son ouverture, elle a joué un rôle clé dans le développement économique du pays. Elle possède un staff de 900 employés qui sont à l’oeuvre dans 26 succursales à Maurice et à Rodrigues.
Par ailleurs, l’externalisation désigne le transfert de tout ou partie d’une fonction d’une organisation (entreprise ou administration) vers un partenaire externe. Elle consiste très souvent en la sous-traitance d’activités jugées non-essentielles et non stratégiques. Pour une entreprise, il s’agit de celles qui sont les moins productrices de revenus.
—————————————————————————————————————————————