Le Curepipe Starlight SC (CSSC) et l’AS Rivière du Rempart (ASRR) se sont renvoyés dos à dos (1-1) dans le cadre de la huitième journée du championnat de Barclays Mauritius Premier League. La rencontre, disputée hier sur le terrain trempé du New Geoge V Stadium, a vu les Curepipiens consolider leur troisième place à l’issue de cette journée.
L’enjeu était clair. Pour les Nordistes, une victoire, impérative, signifiait monter sur le podium. Pour les Curepipiens, un nul suffisait à leur bonheur. « Nous évoluons à l’extérieur. Malgré cela, les joueurs n’ont pas fait de complexe, se créant des occasions. Nous n’avons pas pu les concrétiser cependant », regrette Tony François, l’entraîneur de l’ASRR.
Un son de cloche partagé par Fidy Rasoanivo, mentor curepipien. « Nous avons beaucoup de joueurs qui ne sont pas au top de leur forme. » Pourtant, les deux équipes ont tout donné en attaque. C’est d’ailleurs le CSSC qui s’octroie les premières occasions en attaque, sans toutefois parvenir à concrétiser.
Par contre, du côté de l’ASRR, Sewram Gobin et ses coéquipiers sont un peu plus réalistes après un quart d’heure de jeu. On joue la 17e minute. Débordement de Westley Cotte sur la, qui centre pour Sewram Gobin. Ce dernier réceptionne parfaitement le ballon de la tête et le propulse au fond des filets.
Avec ce but de retard, le CSSC partait à l’assaut des cages adverses, non sans s’être fait peur à la 22e par l’entremise de Warren Arthée. Mais à la 28e, le Curepipien Yohan Lahrubarbe en évidence devant les buts de Sébastien Jean Pierre, voyait son tir dévié.
La délivrance du CSSC venait à la 33e minute, quand son milieu de terrain, David Lim Sik Fang remettait les équipes à égalité. Le joueur du CSSC se livrait à un petit numéro, se débarrassait de deux défenseurs, puis marquait à bout portant.
Retrouvant là un nouveau souffle, le CSSC maintenait la pression sur la défense de l’ASRR, qui s’arc-boutait, mais ne rompait pas. En témoigne cette action signée Fabien Pithia, à la 38e qui échouait lui aussi sur Sébastien Jean-Pierre. Mais le CSSC a aussi manqué de réalisme, avec une reprise de la tête de Joye Estazie, qui échouait à côté des buts adverses (45e).
De retour des vestiaires, les deux équipes se livraient à un duel sans merci en milieu de terrain. Une bataille partiellement remportée par l’ASRR. Deux actions, coup sur coup, signées Sewram Gobin, l’une contrée par la défense curepipienne (53e), l’autre, un tir puissant, qui heurtait le montant d’Alfonso Titus (59e), montrait que les Nordistes avaient plus de cartes en main.
Du côté du CSSC, Fabrice Pauline, entré à la place de Yohan Lahrubarbe à la 48e minute, voyait son tir repoussé par la transversale de Sébastien Jean-Pierre (85e). Toute la bonne volonté des deux équipes échouait sur des défenses fermées.
« Je constate que l’équipe est en progression. Mais en même temps, il y a quelques blessés à déplorer de notre côté », lance Tony François.
Chez les Curepipiens, on nuance les résultats. « Si les joueurs ne sont pas au top physiquement, ils seront aussi diminués mentalement. Nous avons manqué de caractère », conclut Fidy Rasoanaivo.