Avant même que les choses ne commencent ,il y a des embrouilles. La Barclays Mauritius Premier League (BMPL), qui devait initialement débuter le mercredi 29 octobre, accuse un retard à l’allumage et en conséquence la compétition ne débutera que ce mercredi 5 novembre avec une journée complète comprenant cinq rencontres et une première journée complètement remaniée. La raison derrière ce premier couac pour la MPFL est que certains clubs sont en retard dans la soumission de leurs feuilles de liste de joueurs, provoquant ainsi des contraintes pour délivrer les licences fédérales dans les délais exigés. Du moins, c’est ce que  concède un communiqué conjoint entre la MFA et la MPFL, consigné par Nazir Bowud pour Trianon et Saoud Lallmohamed, président de la commission technique.
« Nous avons pris la décision conjointement avec la Mauritius Football Association (MFA) de repousser d’une semaine le lancement de la ligue professionnelle pour être en conformité avec les normes internationales. Nous ne voulions pas prendre de risques. Certains clubs n’ont pas encore soumis leurs formulaires de listes de joueurs et cela a provoqué des contraintes notamment dans la livraison des licences fédérales dans les règles établies. Ce sont surtout les photos des joueurs et les papiers médicaux qui manquaient à l’appel. Mais valeur du jour, je tiens à souligner que ce souci est réglé à 90 %. Nous voulons vraiment que cette ligue professionnelle soit une référence», a explique à Week-End au téléphone Deelan Sinnasamy ? le directeur administratif de la MPFL.
En effet, dans un communiqué conjoint émis mardi dernier par la MFA et la MPFL il est aussi expliqué, effectivement qu’un souci de licences provoque ce retard d’une semaine. Reste que s’il est tout à fait compréhensible ,ce problème de licence peut provoquer le retard du début d’un championnat. Par contre, il nous est difficile pour l’heure de concevoir comment un problème administratif, voir technique puisse provoquer un remaniement complet de la première journée de ce championnat.
La journée de ce mercredi ne ressemble en rien à celle du départ. Coïncidence ou pas, on notera par exemple que l’équipe du président de la MFA, Cercle de Joachim n’est plus opposé à la formation de Petite Rivière Noire contre laquelle les Curepipiens avaient courbé l’échine dimanche dernier dans le Charity Shield.
Etrange coïncidence
Etrange coïncidence quand même qu’un problème de licence pousse une organisation qui se dit professionnelle à changer un calendrier. Reste que ce problème survenu à 72 heures du coup d’envoi de la compétition est inacceptable et qu’en dépit du label professionnel attaché à ce championnat, son organisation reste amateur. « Dans amateur zot professionnel », nous a fait remarquer un président du club. Vous imaginez un seul instant, la Football Association ou la Ligue 1 en France repousser son championnat aà cause d’un problème de ce type ou encore changer une programmation faite selon un tirage au sort ?
Mais l’amateurisme de la MPFL ne s’arrête pas qu’à ce problème. Dans le premier calendrier, la rencontre ASPL 2000 –CSSC a été programmée au stade St François Xavier à Port-Louis pour 18h. Reste que le stade portlouisien n’est pas pourvu d’éclairage nécessaire pour jouer une rencontre de football en nocturne. Du coup, le nouveau calendrier entre le formation d’Anwar Elahee et celle de l’Entente Boulet Rouge Riche Mare Rovers est annoncé pour 16h. La suite du calendrier de la première journée se situe comme suit : Curepipe Starlight SC/Petite Rivière-Noire FC (New George V) et un derby nordiste entre le Pamplemousses SC et l’AS Rivière du Rempart (Anjalay) lors de la première journée.
« Stocking » et talons aguilles
L’autre raison qui n’a pas été mise en avant et qui explique aussi le renvoi de la première journée est que les arbitres n’ont pas reçu, comme promis, leurs équipements pour pouvoir être en action. Un autre point pas très professionnel de la part de la MPFL, qui avait pourtant organisé une conférence de presse dans le très select Hennessy Park Hotel à Ebène rien que pour annoncer que les hommes en noirs seront habillés « de la tête aux pieds » par City Sports.
Comme quoi, il ne suffit pas de faire des filles en fleur  mettre des « stocking » avec des talons aguilles et des shorts moulants ou encore sponsoriser à grands frais une journée des courses de chevaux pour permettre à Prem Jodha d’être au vu et au su dans les paddocks du Champ de Mars pour dire qu’on est en train de professionnaliser le football à Maurice.
La grande question qui demeure encore avant  le coup d’envoi de la saison : qui est le propriétaire du calendrier du Championnats Professionnel ? La MFA ou la MPFL ? La semaine dernière, ce sont les services de la MPFL qui avaient communiqué le calendrier, mais mardi dernier, grand a été notre étonnement de constater que c’est le secrétairat de la MFA.