La Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), qui a osé des prévisions de croissance de 2,9% cette année, remet ça avec la dernière édition du Business Confidence Indicator pour le troisième trimestre. Le baromètre économique du climat des affaires est à son plus bas niveau depuis le premier trimestre de 2010 avec 85,1 points, soit une baisse de 2,8% entre juillet et septembre de cette année. Les résultats de cet indicateur de confiance, synthétisés dans un document officiel sous la supervision de Renganaden Padayachy et Sanroy Seechurn, ont été rendus publics au cours de la semaine écoulée.
Les conclusions sont implacables à l’effet que « ce résultat est préoccupant de par la prolongation de cette période marquée par les incertitudes qui influent sur l’évolution des affaires. La dégradation de la confiance est généralisée et hétérogène sur l’ensemble du tissu économique et tous les indices de confiance sectoriels sont en baisse. »
La CCI tire la sonnette d’alarme sur les répercussions de ce climat des affaires morose sur l’emploi. « Cette détérioration de la confiance pourrait impacter négativement sur l’emploi. Il y a eu une baisse des évaluations des entrepreneurs sur les intentions d’embauches ce trimestre et si cette tendance se maintient, cela pourrait avoir un effet défavorable sur les chiffres de l’emploi », fait ressortir la CCI.
La principale crainte se confirme sur le plan de l’emploi car après analyse des données, la CCI soutient qu' »au vu de l’environnement offensif des affaires, certains entrepreneurs doivent se restructurer pour que leurs entreprises restent viables. Cela, même dans le cas où leurs anticipations sur l’évolution future des affairs sont favorables. Cet élément pourrait avoir un effet défavorable sur l’emploi. »
Une analyse des différents secteurs indique que la plus forte baisse est enregistrée dans le secteur du commerce avec une réduction de 5,2 points après une chute de 3,6 points pour le trimestre précédent. « De plus, ces opérateurs économiques anticipent une dégradation des affaires au prochain trimestre, malgré le fait que cette période, qui coïncide avec les fêtes de fin d’année, est généralement marquée par une certaine euphorie de la part des consommateurs », prévient la CCI.
La CCI revient également sur l’enjeu des investissements dans le secteur manufacturier et met l’accent sur le fait qu’à « la question sur les investissements futurs, c’est le seul secteur où les évaluations des entrepreneurs sont négatives. Vu que ce secteur a connu des baisses successives du niveau des investissements, toute nouvelle baisse de cette variable pourraut affecter durablement notre capacité de production. »
Cette baisse dans l’indicateur du climat de confiance est attribuée à cinq facteurs :
le manque de soutien de l’Etat ;
une demande interne insuffisante ;
des problèmes récurrents liés au transport collectif affectant la compétitivité ;
le taux de rotation du personnel et ;
le manque de personnel qualifié.
La CCI conclut cette dernière édition du baromètre économique avec une note d’optimisme en ajoutant que « malgré cette nouvelle baisse de l’indicateur de confiance, un retournement de la tendance semble se profiler, car les anticipations futures des entrepreneurs sont favorables. Si cette tendance se confirme lors des prochaines enquêtes, les perspectives de l’économie devraient commencer à s’éclaircir. »