Photo illustration

Ils ont répondu à l’application pour opérer à l’hôtel Holiday Inn, à Plaine-Magnien. Leurs noms ont même été publiés dans les journaux. Mais quatre ans plus tard, ces chauffeurs de taxi se retrouvent dans une situation compliquée. La National Transport Authority (NTA) n’est en effet jamais allée de l’avant avec les procédures pour leur octroyer le permis. Pire, ils apprennent aujourd’hui que cet exercice sera gelé. Ils craignent des « subterfuges » pour protéger les proches du gouvernement.

Ces 11 chauffeurs de taxi ont été les seuls à répondre à l’offre de la NTA pour établir une base d’opération à l’hôtel Holiday Inn en avril 2014. L’hôtel était alors en construction. Leurs noms ont même été publiés dans les journaux. Toutefois, ils ont attendu en vain les procédures en vue d’obtenir le permis pour opérer à cette base. Entre-temps, Holiday Inn a ouvert ses portes et un arrangement a été trouvé entre la direction et les chauffeurs pour qu’ils puissent y opérer en attendant la fin des procédures. Sauf que l’attente aura duré quatre ans. Ils se demandent si « cette situation est due au fait que le gouvernement a changé entre-temps ».

Retrouvez l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 15 mai.