Contrairement à l’année dernière, où il avait été très critique sur des manquements au sein du gouvernement, le député du MSM Bashir Jahangeer, a cette fois vanté les mérites de l’équipe dirigeante. Il a même effectué un exercice d’évaluation visant à démontrer si le MSM-ML est éligible à un autre mandat. « Dans six mois, il y aura l’Alliance Lepep 2.0 », a-t-il affirmé.

Bashir Jahangeer a d’abord souligné l’introduction de deux mesures qu’il tient à cœur, soit le Food Agency Standard, pour la certification des produits alimentaires, et la construction d’un incinérateur pour les carcasses d’animaux. Le député de Rivière-des-Anguilles/Souillac a par la suite répondu aux critiques de l’opposition, à commencer par Rajesh Bhagwan, qui adresse souvent des questions sur les conseillers du bureau du Premier ministre. Il a cité l’exemple de Jean Mée Desveaux, du temps où Paul Bérenger occupait le bâtiment du Trésor. « Ce conseiller était comme un super-ministre et tout passait par lui », a-t-il avancé.

Le député du MSM a ensuite répondu aux critiques d’Osman Mahomed, concernant le choix du constructeur pour le complexe sportif de Côte-d’Or. Il a de même précisé qu’il en était de même lorsque le gouvernement du PTr construisait le nouveau terminal à l’aéroport. « Y avait-il un “tender” à l’époque ? Nous savons tous que lorsque le gouvernement chinois finance un projet, priorité est accordée aux compagnies chinoises. De plus, c’étaient les habitants de Triolet qui étaient recrutés pour travailler à l’aéroport », précise-t-il.

Bashir Jahangeer a par la suite posé trois questions concernant l’éligibilité des partis au pouvoir pour un deuxième mandat : « De quel métal le Premier ministre est-il fait ? Quel est le bilan du gouvernement ? Qu’en est-il de celui de chaque parlementaire ? » Dans les trois cas, a-t-il ajouté, les différentes réalisations parlent d’elles-mêmes. Et de préciser que « dans six mois, il y aura l’Alliance Lepep 2.0 ».