Le Real a connu sa première défaite en Super League de basket depuis plus de trois ans. Cette défaite, survenue dans le cadre de la 18e journée de la compétition, aux mains des Vikings démontre que les leaders sont finalement prenables pour qui sait s’y prendre. Retour sur la chute du géant vert.
À l’arrivée, seulement trois points séparent les deux équipes : 60-57. Les Vikings, qui ont alterné le bon et le moins bon depuis le début de la saison, ont signé là leur plus belle et importante victoire. À bien y voir, les choses devaient tôt ou tard tourner à l’avantage des coéquipiers de Gansham Heerah. Après avoir été mené pendant trois quarts-temps, les Vikings referment un trou de 14 points dans l’ultime quart.
Les Vikings ont enfoncé le dernier clou lorsque le meneur des Verts commet une faute, ce qui accorde deux lancers francs à l’adversaire. Sa contestation, juste après en offre encore deux aux Blancs, qui n’en demandaient pas tant.
Cette défaite leur pendait au nez depuis un moment déjà. « Les joueurs étaient un peu trop confiants », lâche Neva Vadiveloo, mentor de l’équipe du Real. D’autant que, dimanche dernier, rien n’a fonctionné pour le Real. « Jugez-en vous-mêmes : sur 35 tirs à trois points, nous n’en avons marqué que cinq. » Un déficit de points qui montre que le Real a beaucoup à perdre, ou dans un autre sens, beaucoup à gagner à travailler. « C’est le moment idéal pour se repositionner et redresser la barre », soutient l’entraîneur port-louisien.
Les répercussions de cette défaite ont quelque peu changé la donne. Les Mahebourg Flippers sont désormais à égalité de points (31) avec le Real. Cependant, c’est au décompte des victoires, et des points marqués et encaissés que le Real est devant. Il n’empêche qu’on a une idée assez précise, du moins pour l’instant, du Top 4 de la Super League.
Les Flippers, en action dimanche dernier, ont eux aussi remporté un match crucial contre les Roche Bois Warriors. 71-60 pour les protégés de Pascal Prayag, ce qui leur permet de s’accrocher à la deuxième place du classement. « C’était le match à ne pas perdre. Il fallait surtout rester au contact du Top 4 », estime l’entraîneur mahébourgeois.
D’autant que l’équipe s’est fixé comme objectif premier cette saison de disputer les play-offs de la Super League. « Nous avons presque atteint notre but. Il ne reste que trois matches et je pense qu’on devrait aller de mieux en mieux », avance encore l’entraîneur. Les Flippers ont autant de raisons de croire en une place aux play-offs, surtout qu’ils avaient mal débuté leur campagne 2014. « Nous nous sommes fait battre par le Real, les Vikings et Attila. Il fallait se ressaisir et c’est justement ce qu’on a fait », soutient le coach.
Aux troisième et quatrième places, on retrouve justement Attila et l’Ecole de Basket de Cassis, auteur d’une bonne performance la semaine dernière. Les prochains duels, Real/ASVP et Flippers/Curepipe Starlight ce dimanche, et Vikings/Hoop, seront déterminants pour la course aux play-offs.