L’année 2011 n’est certes pas encore achevée, mais le président de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB), Didier Moutou, a estimé, lors d’une conférence de presse la semaine écoulée au siège du Comité olympique mauricien, que le bilan du basket-ball est remarquable.
Avec des spéculations persistantes à l’effet que Didier Moutou pourrait laisser la main à Dominique Marisson à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de la fédération le 16 octobre prochain, l’actuel président de la FMBB a saisi la balle au bond pour présenter un bilan axé sur les 8es Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) assortis d’une médaille de bronze de l’équipe féminine, la bonne organisation de la D2 et le Centre national de formation.
« Il faut désormais compter avec le basket-ball pour les prochains Jeux des îles », a d’emblée déclaré Didier Moutou. « La médaille de bronze remportée par nos joueuses n’est pas le fruit du hasard. Nous avons mis tout en oeuvre pour réussir. Aux JIOI 2007, l’équipe féminine avait terminé à la dernière place sur cinq pays participants. Cette année, notre équipe nationale féminine a fini troisième sur sept pays. La progression est clair et nette. Tout cela a été fait de manière méthodique avec une cohérence entre les parties concernées. »
En ce qui concerne le parcours de l’équipe masculine, il a fait ressortir que même si elle n’a pas été sur le podium, les résultats prouvent que les basketteurs ont fait un bond en avant. « Quatre ans de cela, on se faisait battre par 50 points d’écart. Maintenant, ce n’est plus le cas. Nous allons rester sur cette lancée afin de faire encore mieux aux prochains Jeux. Il ne faut pas oublier que nous avons battu les Comoriens, qui étaient médaillés de ces trois dernières éditions. »
Parlant du championnat de deuxième division, Didier Moutou a expliqué qu’en dépit de la préparation des JIOI, la fédération a maintenu ce championnat. « Même si nous étions très pris juillet-août, nous avons fait de notre mieux pour tenir ce championnat qui a réuni treize équipes. »
Il considère que le déroulement des compétitions a connu un franc succès, avec la victoire de Hoop en finale des play-offs aux dépens de Rivière-du-Rempart. Les Souillac Eagles ont remporté le match de classement en prenant le meilleur des F 17 Fighters. Le trophée du fair-play est allé aux Fighters. « Nous avons innové afin de rendre plus attrayant ce championnat de D2. »
Vers une Super League
Parlant du championnat de première division, qui comprend onze formations, Didier Moutou a confirmé qu’il se déroulera en ligue simple dans la perspective de créer dès 2012 une Super League réunissant huit équipes et deux Ligues A et B avec le même nombre d’équipes. « Tout va être décidé au cours de notre assemblée générale. Les clubs sont déjà au courant d’une telle éventualité. Il suffit que leurs représentants approuvent le projet qui sera bénéfique pour le rehaussement du niveau de basket-ball. »
Selon les indications, la D2 devrait débuter le 25 octobre. En prévision, la FMBB a annoncé que le corps arbitral (arbitres et officiels de table) sera en stage résidentiel. « Ils auront l’opportunité de mettre au point les dernières techniques. »
Didier Moutou considère que la fédération a touché tous les secteurs de la discipline. « Nous avons depuis quelque temps six coaches de niveau 2. J’en suis très fier. » Il a fait ressortir que fédération a aussi mis les bouchées doubles pour réorganiser totalement le Centre national de formation de basket-ball (CNFBB).
Depuis le lancement de cette structure en 2000, les stagiaires étaient dépourvus d’équipements. « Cette année, soit onze ans après, la fédération a fait son maximum pour que les stagiaires obtiennent des équipements. Cela a été fait grâce aux compagnies Sotravic et Mc Easy Freight. » Le CNFBB, qui compte au total une soixantaine de stagiaires garçons et filles, est dirigé par Jean-Marc Manique, assisté de David Grenade.
« Le CNFBB se prépare activement en vue du championnat des -20 ans qui débute dès le début de l’année prochaine. La fédération a l’intention de créer des centres régionaux. C’est un projet qui nous tient à coeur. Les jeunes veulent s’adonner à ce sport collectif, mais les structures font défaut dans certaines régions », a conclu le président de la FMBB.