Après le désistement de La Réunion, la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB) avait tenté d’organiser le tournoi de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) 2011 de basket-ball hommes et dames, mais n’est finalement pas en mesure de l’abriter selon la charte de la Fiba-Afrique zone 7.
Le tournoi de la CCCOI n’aura définitivement pas lieu en 2011, selon ce qu’a affirmé au Mauricien la présidente de la FMBB, Dominique Marisson. Si Maurice avait proposé d’organiser ledit tournoi à certaines conditions, la Fiba-Afrique zone 7 ne l’entend pas de cette oreille.
Selon la charte de la zone 7, le pays organisateur de la CCCOI doit assurer entièrement les frais d’hébergement, de restauration, de transport des équipes participantes (hommes et dames) aussi bien que des arbitres neutres et du commissaire.
Si La Réunion avait renoncé, c’est en raison du coup considéré élevé d’une telle organisation. La FMBB avait proposé de son côté d’accueillir le tournoi, mais à condition que les équipes assurent leurs frais d’hébergement, de restauration et de transport.
« Pour la Fiba-Afrique zone 7, une telle proposition est à l’encontre de sa charte. De ce fait, vu qu’on ne peut s’opposer à sa charte et que nous n’avons pas les moyens nécessaires pour nous soumettre totalement aux exigences de la zone 7, nous avons décidé de ne pas aller de l’avant », indique la présidente de la FMBB.
Cette dernière explique que la fédération, à l’époque de son prédécesseur, Didier Moutou, avait émis l’idée d’organiser le tournoi de la CCCOI afin de permettre aux équipes de la région de s’affronter, surtout après les 8es Jeux des îles de l’océan Indien.
Toujours sur le chapitre de la CCCOI, la présidente de la FMBB, apporte un éclaircissement en ce qui concerne l’édition de 2008 organisée à Maurice à l’effet qu’il y aurait des irrégularités financières au sein de l’organisation présidée par Philip Lee Kam Chung. « Ce sont des inexactitudes. Les frais ont été encourus avec l’aide du ministère. Le dossier financier est clos », précise Dominique Marisson.