Le coup d’envoi du championnat national de basket-ball 2017/18 reste en suspens. Elle est tenue en otage par la nouvelle loi, émanant de la nouvelle formule sur laquelle le championnat sera disputé. Celle-ci exige que les équipes doivent avoir, au minimum, un arbitre et deux officiels de table présents, pendant toute la saison. Selon Hedley Han le président de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB), « tant que les arbitres ne seront pas formés, on ne pourra pas commencer la nouvelle saison. Nous avons moins d’une dizaine d’arbitres régulièrement. Mais le nombre est insuffisant pour la refonte du championnat où la Super League et la Division 1, se joueront simultanément.
Il faut que les clubs, les joueurs, dirigeants et entraîneurs soient partie prenante. La fédération ne peut pas tout faire elle-même.  Avec cette nouvelle formule, nous n’aurons plus besoin d’aller quémander le jour du match », dit-il.A cet effet, la FMBB démarre un stage de formation pour les arbitres qui s’étalera sur quatre week-ends, à commencer par le prochain jusqu’au 26 novembre. C’est Leslie Chérubin sous la supervision de Hedley Han lui-même qui se chargera de former une vingtaine d’arbitres débutants, hommes et dames.
Pour rappel, le championnat national se déroulera en trois temps. D’abord, une ligue simple à dix, puis, un championnat en deux manches à six, et finalement les play-offs, qui seront disputés entre les quatre premières équipes. La finale se jouera en trois manches au lieu de deux. Le but de ce changement est d’ainsi d’offrir le maximum de temps de jeu, aux équipes. Mais les équipes de D1 ne seront pas en reste. En fait, cette compétition se tiendra parallèlement à la Super League. Cette fois, les quatre premiers au classement de la D1 disputeront les play-downs contre les quatre derniers de la Super League.
Entre-temps, la sélection nationale se regroupe chaque samedi matin et mercredi soir au gymnase de Phoenix. Et c’est Thierry Julien et Vincent Boitier qui dirigent les entraînements, en attendant la nomination du prochain Directeur technique national (DTN).