Aux derniers Jeux des îles, en 2007, la sélection nationale masculine avait pris la porte de sortie dès le premier tour, après avoir été humiliée. Cette année, la Fédération mauricienne de basket-Ball (FMBB), sous l’impulsion de son président, Didier Moutou, a placé la barre haut et souhaite voir Maurice sur une des marches du podium. Car il est convaincu que toute bonne performance permettra au basket-ball de revivre. Au sein de l’équipe, on croit fortement dans ce discours.
L’entraîneur national, Rakesh Chundunsing, déclare que l’objectif est d’abord de réduire l’écart de points entre les îles, mais aussi de remporter quelques matches. Une année après le début de la préparation, il est convaincu que ses joueurs peuvent faire encore mieux.
En mars 2010, la présélection est mise en place quelque temps seulement après la nomination de Rakesh Chundunsing au poste d’entraîneur et de Nicolas Duval comme son second. 40 joueurs sont retenus. Toutefois, ce n’est qu’après la fin du mois d’août que la préparation a commencé sérieusement et ce, après la tenue de la Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien à Madagascar. « La plupart des joueurs de la sélection viennent du Real », explique Rakesh Chundunsing.
Une année après, le nombre de joueurs est passé à 15. « Je suis quelqu’un qui prône le sérieux à l’entraînement et la rigueur dans la mesure où cette discipline requiert une très bonne condition physique et beaucoup de maîtrise. Beaucoup pensaient que le travail se ferait relaxe. Cela fait que tous ceux qui sont restés sont ceux qui ont beaucoup d’envie et d’enthousiasme », souligne-t-il.
Ces jeunes, Rakesh Chundunsing les connaît maintenant par coeur. Il se réjouit de leur application aux entraînements au cours de ces longs mois de préparation. « Mes joueurs ont beaucoup progressé et ce, à tous les niveaux. Avant le niveau était catastrophique. Je ne me considère pas un faiseur de miracles. Je crois tout simplement dans mes principes, dans ma façon de travailler. Avec Nicolas Duval, nous avons établi un plan de travail bien défini et calculé. À partir de là, tout s’est enchaîné. »
La sélection s’est d’abord entraînée à raison de deux fois par semaine avant de passer à cinq fois depuis un peu plus de deux semaines. Il n’empêche que le volume de travail a baissé afin que les joueurs débarquent à Mahé dans de bonnes conditions physiques. « Le travail est axé sur la vitesse et les systèmes de jeu. À ce stade, je suis content de ce qui a été effectué. Le seul point noir, c’est que mon souhait de recevoir une équipe étrangère et disputer cinq matches ne s’est pas concrétisé. Cela aurait été un plus. Dommage », regrette-t-il.
Pour Rakesh Chundunsing, un gros travail intense a été effectué au cours de ces 12 mois écoulés. « Le ballon a toujours été présent pendant nos séances d’entraînement. Nous avons effectué un travail complet et j’estime que le déplacement en Afrique du Sud et la réception des Écossais de Glasgow Rock nous ont beaucoup aidés. J’espère maintenant que les joueurs maintiendront le rythme et surtout cette envie afin d’être à la hauteur aux Jeux. Ce dont je suis sûr, c’est que les joueurs ont beaucoup d’envie. Ils veulent tous prouver quelque chose et faire honneur au pays. »
Dans cette optique d’ailleurs, l’entraîneur national dira que l’objectif, comme indiqué depuis une année, est de laver l’affront subi en 2007 en réduisant l’écart de points. « J’avais ensuite dit qu’on essayerait de gagner des matches. Sur ce que j’ai vu ces derniers temps, je pense que nous sommes capables de le faire. Nous partirons comme challengers. De par ma très longue expérience, je pense que nous nous arriverons à bon port. La confiance s’est installée dans le groupe. Il y a un très bel esprit d’équipe, les joueurs sont très forts psychologiquement et sont très solidaires. »
Selon lui, l’entraîneur national est impossible d’arriver à un travail parfait en une année seulement. Il n’empêche qu’il est heureux que le maximum a été fait. « Les joueurs se sont beaucoup investis. Ils se sont tous donnés à fond. Ce qui me rassure le plus, c’est que nous avons un groupe de 12 joueurs où tout le monde est prêt à jouer son rôle à fond. Tous les postes sont doublés et n’importe qui peut faire la différence. J’estime que c’est très important d’avoir une équipe avec tous les joueurs qui se valent. »
Par ailleurs, Rakesh Chundunsing déclare avoir eu quelques informations sur ses adversaires. La Réunion se trouve en France pour tout peaufiner, alors que les Seychelles, qui évolueront chez eux, sont partis se préparer en Afrique du Sud, en France et au Kenya.