Le Real de Port-Louis a étalé ses intentions de rester sur son trône. Sa domination sur le Curepipe Starlight Sporting Club (CSSC) mardi dernier lors de la finale aller des play-offs du championnat national de basket-ball (Super League) en est la preuve. En effet, 14 points séparent les deux équipes avec toutefois un avantage pour le Real, vainqueur du CSSC 70-56.
Après cette victoire, le Real, champion de Maurice 2016, a l’occasion de conserver sa couronne à condition de bien faire le job aujourd’hui à 15h30 au gymnase de Phoenix. Mais le Real doit tout de même rester sur ses gardes car il est loin d’être parfait cette saison. Entraînée par le duo Neva Vadivelloo-Désiré Numa, l’équipe de la capitale a souvent montré ses lacunes en défense. On se rappellera de leur défaite (89-64) face au CSSC de Raphael Ritchiero et Andy Tanneur lors de la 8e journée de la manche aller de la Super League.
Ainsi, le moindre relâchement de Thierry Julie et ses coéquipiers pourrait leur être fatal. Car pour le Curepipe Starlight, qui est montée en puissance après avoir gagné sa promotion chez l’élite en 2015, 14 points à rattraper n’est pas la mer à boire. Mais ses joueurs n’ont pas d’autre choix que de se surpasser s’il veut coiffer le Real au poteau.
En ce qui concerne des demi-finales retours disputées dimanche denier, les Flippers se sont imposés 61-59. Un score insuffisant pour continuer l’aventure puisqu’à l’aller ils s’étaient inclinés 64-54. Le CSSC de son côté a été victorieux contre les Roche-Bois Warriors (94-0). Les Rocheboisiens ont joué sur fond de protestation. Pour rappel, lors de la demi-finale aller, le match avait été arrêté prématurément à cause des incidents entre les deux équipes. L’entraîneur joueur des Warriors, Dane Carver, a par la suite écopé d’une suspension pour avoir « agressé » Hedley Han, qui arbitrait la rencontre. Dane Carver est appelé à donner sa version des faits lors de la réunion du comité disciplinaire dans les jours qui suivent.