Une semaine après les Jeux des îles, qui ont vu les basketteurs mauriciens rentrer bredouille de La Réunion, l’heure est venue d’effectuer un bilan d’une situation inattendue. En fait, alors que les deux sélections affichaient la confiance, elles se sont effondrées, parfois par manque de réalisme, parfois par manque de solidarité, selon Hedley Han, vice-président de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB).
La remise en question devra intervenir au plus vite. Car les filles n’ont pu retenir leur médaille de bronze de 2011 et les garçons sont encore rentrés les mains vides. Pourquoi ? « Un gros manque de discipline sur le terrain et le résultat est là ».
Hedley Han attribue donc les défaites mauriciennes à un non-respect des consignes. « Pourtant, quand ces mêmes consignes ont été appliquées, le jeu de l’équipe changeait radicalement et le niveau montait d’un cran ». Mais que s’est-il donc passé à La Réunion ? « Un demi-échec. Certaines choses ont marché, d’autres pas. Il faut s’asseoir autour d’une table, discuter et prendre les décisions qui s’imposent ».
Ainsi, les manquements notés — l’absence de discipline et le manque d’esprit d’équipe — sont autant de problèmes que les nouveaux coaches auront à gérer. « Le basket-ball est un sport d’équipe. Comment une personne peut-elle prétendre parcourir tout un terrain sans une passe ? » avance le vice-président.
Revenant sur les matches de la sélection masculine, le vice-président de la FMBB, qui était lui aussi à La Réunion, attribue les défaites à une absence d’esprit collectif. « Chez les garçons, on a vu que tout marchait au début. Puis, il se passe quelque chose et tout le monde joue pour lui ». Lorsqu’ils sont rappelés à l’ordre, là encore, les consignes ne passent pas. « Ils rouspétaient ».
Pour les filles, le constat est encore plus grave. « Elles ne sont jamais rentrées dans le match. Il y a même eu cette impression qu’il y avait deux équipes de Maurice sur le terrain », analyse Hedley Han. Une certaine rivalité a fait surface sur le terrain lors du match Maurice/Mayotte, avant que celle-ci ne disparaisse contre Madagascar. « Si ça avait marché contre Mayotte, les filles seraient rentrées avec la médaille de bronze au minimum ».
Pourtant, les deux équipes avaient les outils nécessaires pour briller à La Réunion. « Les joueurs avaient la condition physique. C’est un aspect que les entraîneurs avaient travaillé lorsqu’ils avaient débuté la préparation. Ils n’ont jamais craqué sur le plan physique », rappelle Hedley Han.
Le rapport soumis par le DTN, Charles Tassin, sera quant à lui analysé afin de trouver les failles. Celui des entraîneurs nationaux est toujours attendu. « Nous devons faire notre mea culpa et apprendre de nos erreurs ».
Maintenant, la question de la formation prend de plus en plus d’importance. La FMBB se penchera dans les semaines qui viennent sur cet aspect. « Il y a des idées qui viennent jusqu’à nous. C’est à la FMBB de mettre les choses en place ».
Le prochain objectif sera donc de repérer des joueurs qui seront susceptibles d’intégrer la sélection à long terme. « Avec des jeunes de 13-14 ans, qui seront bien formés dans huit ans, nous sommes sûrs d’avoir une bonne équipe pour l’avenir », conclut Hedley Han.