Les sanctions à l’encontre des joueurs du Real et des Roche-Bois Warriors ont été levées. C’est suite à une réunion du comité directeur de la Fédération mauricienne de basket-ball, qui s’est tenue le mercredi 22 mai dernier, que cette décision a été entérinée.
À l’origine de cette décision, l’appel de James Lee Fye, du Real, afin de revoir les sanctions infligées à ses joueurs. Ce dernier a retenu les services d’un homme de loi. Lors de sa réunion avec le comité d’appel, mis sur pied dans le cadre du comité disciplinaire, il s’est exprimé sur les sanctions infligées aux joueurs suspendus après la finale de la Coupe de la République.
Les incidents du 9 mars dernier sont survenus en présence du président de la Zone 7, Abel Ntsay. Les joueurs du Real et de Roche-Bois en sont venus aux mains en toute fin de partie, contraignant les arbitres à mettre fin à la rencontre. La FMBB s’est tout de suite penchée sur la question, souhaitant par la même occasion envoyer un signal fort aux éventuels fauteurs de troubles.
L’institution du comité disciplinaire a suivi presque dans la foulée. Les sanctions sont vite tombées. Variant en fonction de l’implication des joueurs, certains ont même écopé de plus d’une douzaine de rencontres de mise à l’écart. Mais mercredi dernier, la FMBB n’a donc eu d’autre choix que de lever les suspensions infligées aux joueurs des deux clubs à cause d’un vice de procédure. « Nous n’avons d’autre choix. Si cette question va en cour de justice, c’est sûr, on serait les perdants », note Alvin Athave, président de la FMBB par intérim.
Les deux avocats de la FMBB ont soumis leurs conclusions. Mes. Dev Cowreea et Nirmal Busgopaul, qui ont étudié les requêtes, ont soumis leur verdict à la FMBB. Résultat : des anomalies ont été découvertes dans les procédures appliquées pour la mise en place du comité disciplinaire.
Dans un communiqué signé Alvin Athave, ce dernier revient sur les raisons de l’annulation des sanctions imposées. Dans un premier temps, les hommes de loi se sont penchés sur l’aspect légal, épluchant le règlement et les statuts de la FMBB. La Sports Act et les règlements de la FIBA ont aussi été consultés. Ainsi, dans leurs consultations, ils ont découvert qu’« aucune provision concernant le comité disciplinaire n’a été mentionné et élaboré depuis l’existence de la fédération », écrit Alvin Athave.
De plus, la FMBB n’a pu trouver des volontaires pour constituer le comité disciplinaire. Ce qui a donc obligé cinq membres du comité directeur à siéger au sein du comité. Mais la situation a capoté sur un point légal. « Nous au départ, nous avions siégé au comité disciplinaire, puis demandé à la FMBB de ratifier les décisions prises en comité disciplinaire. Mais nous ne pouvions être juge et parti. C’est ce qui a joué contre nous », explique Alvin Athave.
Du coup, la FMBB a décidé que, désormais, le comité disciplinaire sera tout à fait autonome et sera présidé par Me Dev Cowreea. « Nous devons éviter que ce genre de chose arrive à l’avenir. » Ce qui veut dire, dans un premier temps, amender les statuts de la FMBB. « Cette question prendra du temps. Mais cela ne veut pas dire que nous laisserons tomber », déclare le président par intérim.