Envoyé spécialement à Maurice par la Fédération Internationale de basket-ball (FIBA) dimanche dernier pour conduire une évaluation du fonctionnement de la Fédération mauricienne de basket-ball  (FMBB) dans le cadre de l’application du projet ONE FIBA et de l’organisation de l’Afrobasket U16 masculin à Maurice, le délégué malgache Jean-Michel Ramaroson, président des fédérations nationales de FIBA Afrique a dressé un constat plutôt brut de décoffrage. Il a regagné la Grande Île jeudi où il devra maintenant rédiger son rapport.
 En 2017, des changements sont prévus au niveau de la gestion de la FIBA. Des nouvelles structures, organes et  formules de compétition seront mis en oeuvre. Cela dans le but de renforcer l’organisation internationale en vue des défis futurs et des opportunités stratégiques de croissance. Pour que ces changements puissent avoir lieu dans la bonne et due forme, il faut que les fédérations aient les moyens nécessaires pour qu’elles y adhèrent. Et dès l’année prochaine, la FIBA va proposer à Maurice un projet de développement qui va amener le basket mauricien à progresser.
 C’est dans ce cadre que Jean-Michel Ramaroson était en mission d’évaluation à Maurice où le mode opératoire de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB), ses forces ainsi que ses faiblesses sont passés à la loupe. Cet expert a également rencontré le ministre de la Jeunesse et des Sports ainsi que le président du Comité Olympique Mauricien (COM) Philippe Hao Thyn Voon. Son but: identifier les lacunes du basket mauricien pour ensuite aider les instances mauriciennes à les combler. Selon lui à première vue, le fait que les jeunes ne jouent pas de championnat est le plus gros problème.
 Ces  dirigeants jouent un rôle prépondérant  dans la restructuration de basket-ball. « On doit trouver une solution au plus vite. Mais grâce à l’organisation de l’Afrobasket U16 masculin l’année prochaine entre le mois de juillet et d’août à Maurice, est un bon point de départ. Cependant, organiser cette compétition qui réunira des équipes africaines est un gros défi. J’espère que Maurice sera à la hauteur de ses ambitions. Elle a intérêt à assurer. C’est important pour le développement de cette discipline », fait-il ressortir.
 Pour Jean Michel Ramaroson, qui est également le président de la Fédération malgache de basket-ball et  membre de l’International Basketball Foundation (IBF),  la fédération doit se focaliser beaucoup plus sur les jeunes. « Le centre de formation mis sur pied l’année dernière est une chose très positive. Il faut y mettre le paquet  pour le faire développer. Mais il faut ensuite le renforcer et le décentraliser pour qu’elle soit plus visible. D’où l’importance de former des coaches et des arbitres jeunes de préférence. La FMBB ne doit pas se contenter de ses membres mais d’en trouver d’autres également  », indique-t-il.
 Toutefois, il estime que Maurice dispose des infrastructures que d’autres pays africains n’ont pas. « Il y a des gymnases et des terrains de quartier. Les structures, les clubs, les joueurs et les entraîneurs sont là.  Il y a un basket qui vit  chez vous mais il mérite d’être développé encore plus. Cependant Maurice a beaucoup à faire. Du côté de la FIBA, nous apporterons le coup de pouce nécessaire. Mais la FMBB doit venir de l’avant avec une politique claire de ce qu’il compte faire. L’aide qu’apportera l’instance internationale dépendra de mon rapport. Mais une chose est sure, sa principale contribution sera basée sur  la formation et la mise à niveau de ces cadres techniques », assure Jean-Michel Ramaroson.