2013 a été l’année de la relance pour le basket-ball local. Après un arrêt de deux ans, l’assemblée générale élective a porté Philippe Lee Kam Chung à la présidence de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB). Entouré d’une équipe rajeunie, le nouveau président s’est lancé dans une opération de sauvetage du basket-ball, qui ne lui réussit pas à tous les coups.
La première année de Philippe Lee Kam Chung a été marquée par du bon et du moins bon. Pour chaque action courageuse, il y a eu, bien malgré lui, une action contestée. Côté positif, on retrouve le retour de la compétition.
Un pari courageux, engagé dès sa nomination à la tête de la FMBB, pour relancer la machine. Même pendant les deux ans d’arrêt, il a souvent pris son bâton de pèlerin pour l’organisation. L’exemple le plus criant a été le tournoi organisé par le comité régional de Curepipe quelques mois avant son accession à la tête de la FMBB.
Dès sa prise de pouvoir, il a tenu à relancer la discipline avec la Coupe de la République. Initiative payante puisque la FMBB reçoit la visite du Malgache Abel Ntsay, président de la Zone 7. Malheureusement, sa visite, qui coïncide avec la finale de la Coupe, est ternie par un incident. La finale, entre le Real et les Roche Bois Warriors, vire au pugilat à moins de deux minutes de la fin. Résultats : un arbitre agressé et le match suspendu.
La commission disciplinaire convoque les joueurs. Ce faisant, la FMBB veut envoyer un message fort. Dans leurs rapports, les arbitres incriminent les joueurs. Ces derniers se voient infliger des peines allant jusqu’à 13 matches de suspension.
Cependant, une vice de procédure annule les sanctions. C’est le premier faux-pas de la FMBB sous l’ère Philippe Lee Kam Chung.
Cependant, la FMBB apprend vite de ses erreurs. Le coup d’envoi de la Super League donne donc le ton. Les choses se tassent, jusqu’à ce qu’une altercation entre l’arbitre Leslie Chérubin et le président donne lieu à une suspension temporaire du premier nommé.
Suspension temporaire qui sera poussée à six mois à la suite d’un comité disciplinaire. Leslie Chérubin, considéré comme le sifflet n°1 de Maurice, ne sera donc pas de la partie pour la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) qu’abrite Maurice après cinq ans.
Le bilan, jusqu’ici, est honorable pour Philippe Lee Kam Chung. Le Real et Hoop se retrouvent en finale, mais n’arrivent toujours pas à gagner, s’inclinant respectivement contre les Malgaches d’ASCUT et les Réunionnaises du Tampon BC.
Dans le cadre de la préparation pour les JIOI, Mohamed Ozegya et James Li Sun Voon sont nommés entraîneurs nationaux des équipes masculine et féminine respectivement. La nomination de James Li Sun Voon ne fait pas l’unanimité puisque Natacha Joumont et Désiré Numa ont effectué un walk-out.
Pire encore, les joueuses de Hoop ne se sont pas présentées aux entraînements de la présélection, forçant la FMBB à réagir avec une certaine vigueur, notamment avec une lettre signifiant son intention de les suspendre de toute sélection nationale. Cependant, il se chuchote que les filles n’ont jamais été convoquées de manière officielle.
L’année 2013 a également été marquée par le scandale de la bourse en Hongrie. D’aucuns s’étaient demandé comment Mathieu Laplanche, secrétaire administratif de la FMBB, s’est retrouvé en lice pour cette bourse. Devant l’ampleur prise par la contestation, le Comité olympique mauricien, qui avait octroyé cette bourse à Mathieu Laplanche, l’a finalement gelée. Résultats des courses : personne n’en a profité.
Puis, en fin d’année, quelques membres ont pris leurs distances de la FMBB. Personne, cependant, ne veut aborder les vraies raisons derrière cette distance. Cependant, il se chuchote que certaines décisions auraient créé une dissension au sein du comité directeur. Une guerre de pouvoir a-t-elle lieu à Phoenix ? Toujours est-il que la belle confiance affichée en début de mandat s’est un peu effritée, avec l’absence des membres et les ratés de la machine. Sans être fatals, ces petits cailloux dans la machinerie porteront préjudice à une fédération qui tente de se reconstruire.
D’ailleurs, il serait aussi intéressant de connaître le fond de la pensée du président sur certains sujets sensibles, dont l’absence de certaines joueuses aux entraînements. À un peu plus de quinze mois des JIOI réunionnais, la FMBB semble s’être ressaisie pour que Maurice puisse défendre sa médaille de bronze en féminin. Quel visage présentera la FMBB en 2014 ? Quel sera son bilan ? La question est posée…
Par contre, une bonne nouvelle, avec la victoire de l’USBBRH en finale de la Super League féminine aux dépens de Hoop. Après avoir subi la loi des protégées de Rubin Batterie en plusieurs occasions pendant la saison, les coéquipières d’Anousseka Josselin se sont bien ressaisies pour s’imposer par quatre points lors de la finale en décembre dernier. Un nouveau souffle pour le basket-ball féminin, en somme.