Les Mahebourg Flippers et le Real de Port-Louis ont assuré et se sont rassurés quant à leurs chances de se retrouver en finale des play-offs de la Super League de basket au terme de leurs victoires respectives contre Attila et l’EDB Cassis, acquises après haute lutte pour les Mahébourgeois (73-61) et trop facilement pour les Port-Louisiens (82-53).
Dans la première rencontre, les Flippers ont un peu tâtonné en début de rencontre. Après seulement quatre minutes de jeu, les Mahébourgeois étaient menés 8-0. Mais petit à petit, ils ont remonté la pente. « Contre le Real il y a une semaine, nous voulions essayer des choses. Après le match, nous avons retravaillé nos points faibles et voilà le résultat », faisait ressortir Pascal Prayag, entraîneur-joueur de l’équipe de Mahébourg.
Pourtant, c’est Attila qui démontre la meilleure efficacité en début de rencontre. Mais petit à petit, la mécanique s’est enrayée, très peu au début, puis, suffisamment pour permettre aux Flippers de recoller au score. « À bien y voir, ils ont fait la différence au deuxième quart », explique Nicolas Duval, du côté d’Attila.
S’appuyant sur une attaque emmenée par Vincent Clémentine, très adroit d’ailleurs, les Flippers remontent la pente. C’est au deuxième quart, en effet, que la différence se fait. À 40-28 à la mi-temps, la question était presque débattue. Il fallait seulement ajouter la forme. Malgré un réveil d’Attila au troisième quart, les Flippers feront cavalier seul, menant même de 15 points. À deux minutes de la fin, les choses sont définitivement pour Mahébourgeois (69-54).
Mais Attila n’abdique pas pour autant : le gagnant sera désigné au score combiné des deux rencontres. « Nous avons commis beaucoup d’erreurs bêtes. C’est ce qui nous a perdus », analysait à chaud Nicolas Duval. Cependant, le match retour, prévu le 10 juin, s’annonce palpitant. D’un côté des Mahébourgeois qui rêvent d’aller en finale des play-offs, de l’autre des Port-Louisiens qui espèrent retrouver le frère ennemi Real en finale.
« Nous allons nous préparer, justement, pour ce match retour. Dès mercredi, à l’entraînement, nous identifierons nos lacunes et essaierons de les corriger », poursuit Nicolas Duval.
Un son de cloche plus ou moins similaire du côté de Mahebourg. « Nous n’avons gagné que la bataille. La guerre, c’est au prochain round », souligne Pascal Prayag. Si les Flippers doivent empêcher Attila de combler le retard de 12 points, par contre, le Real, en action contre l’EDB Cassis, peut voir venir. 82-53 au final, pour une rencontre à sens unique.
Il n’a pas fallu de gros efforts pour les protégés de Neva Vadiveloo l’emportent sur une équipe de Cassis en retrait pendant la rencontre. La prochaine sortie s’annonce donc assez tranquille pour les Verts, qui ont une marge de manoeuvre assez intéressante.
En D1 également, on aborde la dernière phase des play-offs. Et dans le cadre des quarts de finale, les Souillac Eagles ont continué leur marche en avant face au Curepipe Blackshield. Une rencontre serrée, disputée à souhait, qui a même failli dégénérer à quelques minutes de la fin. D’ailleurs, pendant une échauffourée sur le terrain, un joueur de l’équipe de Curepipe, assis sur le banc, s’est senti le besoin de venir prêter main forte à ses camarades.
Cela dit, la rencontre s’est soldée sur le score de 71-56, même si pendant le dernier quart les deux équipes ont joué à bras raccourcis, les deux ayant écopé de cinq fautes techniques. « Dans l’ensemble, je suis satisfaite des joueurs. On a un peu péché, mais c’est la détermination qui a fait la différence », affirme Roselilette Soopramania, entraîneur de l’équipe de Souillac.
Samedi, les F17 Fighters ont remporté leur duel contre les Raiders de Beau-Bassin sur le score de 77-73. Au même stade, les joueurs de Vuillemin n’ont fait qu’une bouchée de la Formation de Ste Croix 73-38. Dans l’autre poule, l’USBBRH n’a pas eu à s’employer face à Rose-Belle Tornado, s’imposant 88-77.