Le Real et l’USBBRH, qui iront disputer la Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien (CCCOI) la semaine prochaine aux Seychelles, ont fait le plein de confiance en attendant de prendre l’avion, en venant à bout d’adversaires coriaces, lors de la troisième journée de la Super League. Même si les deux équipes ont remporté leur joute respective, rien n’a été simple face à des joueurs adverses tenaces.
« Ces 20 points ne veulent rien dire. Ils n’ont rien lâché en face », admet Neva Vadiveloo, l’entraîneur du Real. Connaissant les capacités défensives des Warriors, on comprend le point de vue du mentor port-louisien. En effet, si les Roche-Boisiens ont marqué une moyenne de 13 points par quart, ils ont malgré tout empêché le Real de dépasser la barre des 65 points pour la première fois de la saison (62-42). En fait, la victoire du Real s’est dessinée à l’expérience, mais aussi grâce à un effectif bien garni. « J’ai pu faire tourner le banc. C’est ce qui a joué pour nous », analyse encore Neva Vadiveloo.
Pourtant, les Roche-Boisiens affichent une belle détermination, collant aux basques de leur adversaire au premier quart (16-12), avant de sombrer au deuxième (22-12). À la mi-temps, l’avantage est déjà dans le camp du Real, mais les coéquipiers de Thierry Julie ne baisseront pas les bras, augmentant même la pression (30-12). À ce moment, la messe était dite et il fallait seulement garder l’adversaire à distance. Mais ironiquement, c’est au quatrième quart que les Roche-Boisiens se réveillent pour terminer à un point derrière (17-16), largement insuffisant pour remonter le déficit du début de rencontre.
« Ce match nous a permis de voir nos erreurs, mais surtout de savoir quels sont les secteurs à travailler », avance Neva Vadiveloo. En attendant, il lui reste un gros match à jouer ce dimanche, contre Attila. « Cette équipe-là paraît bien armée cette fois. Il faudra être sur nos gardes ».
De l’autre côté, l’USBBRH, championne en titre, a réussi à maintenir sa série d’invincibilité contre Hoop, prétendant au titre cette saison, remportant la joute 63-60. Une victoire que Jean-Marie Bhugeeratee, entraîneur des championnes de Maurice, attribue à une meilleure condition physique. « En début de rencontre, les choses étaient assez compliquées pour nous. Cela se voyait que les exercices physiques pesaient de tout leur poids », explique-t-il. Car lui aussi est actuellement en pleine préparation pour la CCCOI. « Nous avons effectué des séances physiques intenses en vue de la compétition ».
En début de rencontre, les rouge et blanc sont à la traîne. Mais elles reviennent progressivement dans la rencontre. « Notre réussite est passée par une meilleure adresse aux lancers francs et aux paniers faciles », ajoute encore Jean-Marie Bhugeeratee. Toutefois, il admettait deux choses à l’issue de la rencontre. D’un côté Hoop a été un adversaire redoutable et de l’autre la suite ne sera pas facile. « Les filles s’étaient bien préparées et elles nous ont donné du fil à retordre ».
Mais pour l’instant, la tête des joueuses de l’USBBRH est aux Seychelles, avec quelques dernières séances d’entraînement afin de tout peaufiner. « À notre retour, l’équipe sera différente, plus agressive », prévient Jean-Marie Bhugeeratee.