La Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien (CCCOI) se tiendra cette année aux Seychelles, qui accueillera les joueurs de la Zone 7 du 26 octobre au 1er novembre. L’occasion pour le Real d’essayer à nouveau d’engranger son premier titre régional, alors que les Flippers espèrent être de la partie.
Le Real, champion de Maurice en titre, ira défendre sa médaille d’argent acquise l’année dernière à Maurice. Pour l’instant, le mentor des Port-Louisiens, Neva Vadiveloo, a déjà une idée de l’escouade qui fera le déplacement, mais il se montre tout de suite sybillin dès qu’il est interrogé. « Je préfère ne pas dévoiler la liste des joueurs. Mais ce sera l’équipe la plus compétitive possible ».
Les recrutements du Real cette année ont été axés sur la participation de l’équipe à la CCCOI. Ainsi, Donovan Cheong, Ludovic Mameron et Kerry Laprovidence, qui ont rejoint le club pendant la saison des transferts, pourraient bien faire le saut aux Seychelles. Le seul hic, pour l’instant, est leur manque d’expérience internationale. « Nous les avons vu jouer ici. Mais il s’agit pour eux de leur première rencontre avec le niveau régional », admet l’entraîneur. Cependant, ils ont marqué des points en s’intégrant graduellement à la structure de l’équipe. « Ils ont compris notre style de jeu, tout en restant focalisés sur les objectifs de l’équipe ».
Les Port-Louisiens ont échoué par deux fois sur la deuxième marche du podium. Cependant, les tenants du trophée, les Malgaches d’ASCUT, ne seront pas de la partie, les moyens financiers leur faisant défaut. Mais de l’autre côté, on retrouve plus ou moins les mêmes équipes que l’année dernière. Les Réunionnais du BC Saint Pierre, les Seychellois de Hawks et les Mahorais du BCO seront en action sur le parquet seychellois. « Mais je ne me fie pas trop aux rumeurs. Les Malgaches peuvent toujours débarquer à la dernière minute », relativise Neva Vadiveloo.
Mais avant de se retrouver dans l’avion pour les Seychelles, le 24 octobre prochain, il faudra que le Real passe trois caps dans le cadre de la Super League « pour avoir plus de matches dans les jambes », selon l’aveu même de Neva Vadiveloo. Le premier contre les Roche Bois Warriors ce dimanche, le second contre Attila une semaine plus tard, puis le dernier contre les Flippers le 22 octobre.
S’agissant des Mahebourg Flippers, justement, leur participation n’est pas si sûre. En effet, selon Pascal Prayag, le déplacement coûterait quelque Rs 450 000. Une somme que les Mahébourgeois espèrent réunir dans les plus brefs délais, d’autant qu’ils ont réussi à récolter à peu près la moitié. « C’est la contribution des joueurs. Mais il reste encore du chemin à faire », avance Pascal Prayag, entraîneur de la formation mahébourgeoise.
Ce dernier déplore que les autorités soient restées sourdes à l’appel du club mahébourgeois, pourtant vice-champion de Maurice lors de la dernière campagne. « Nous avons reçu de l’aide du conseil de district de Grand-Port. Mais après, les sponsors n’ont pas suivi », relate-t-il. Il vient encore d’essuyer une réponse négative d’un éventuel parrain. « C’est triste. Au-delà du sport, l’équipe a aussi un but social ».
Mais il ne désespère pas cependant pas. « Nous avons jusqu’au 15 octobre pour confirmer notre présence. Si cela se passe bien, nous serons dans l’avion pour les Seychelles. Nous savons que nous pouvons faire plus que de la simple figuration ».