La série noire continue pour le gymnase de Phoenix, vieux de 12 ans. Une fois de plus, les fortes averses ont eu raison de son toit fissuré. À chaque fois qu’il pleut des cordes, le parquet se transforme en pataugeoire. Dimanche dernier, la scène était inévitable à cause des nombreuses fuites au niveau de la toiture faite en tôle. Ainsi, cette accumulation d’eau a forcé la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB) de renvoyer à une date ultérieure, le match Hoop BB/RH-Malherbes Harlems, comptant pour la quatrième journée du championnat national de basket-ball féminin.
 « L’eau continuait de dégouliner du toit malgré que la pluie s’était arrêtée. C’était l’inondation quasiment. Il nous a fallu prendre des serpillères, des sceaux, des serviettes et des raquettes en caoutchouc entre autres pour évacuer l’eau qui s’était accumulée sur le plancher. Si cela perdure, le temple du basket mauricien et du handball ne tiendra pas longtemps », constate Hedley Han, le vice-président de la FMBB qui a été témoin de la scène.
Mais en dépit des efforts, les dégâts des eaux ont rendu le parquet glissant pour la rencontre Hammers-ASVP comptant pour la cinquième journée du championnat masculin. « Le sol était toujours humide et de peur de ne pas tomber, nous avons dû baisser notre rythme dans le jeu. Toutefois, cela ne m’a pas épargné car je me suis disloqué l’épaule gauche en voulant intercepter un ballon », fait ressortir Jonathan Calou de l’ASVP.
Selon Hedley Han, le Mauritius Sports Council (MSC) et le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) sont déjà au courant de ce problème de waterproofing. En effet, Yash Khedoo, responsable des infrastructures au MJS, nous le confirme. « En début d’année, des travaux ont été effectués pour colmater les fuites dans la dalle couvrant le bâtiment. Nous avons étanché plusieurs endroits dans le plafond du gymnase de Phoenix, notamment la partie où se trouvent le bureau de la FMBB et celui de l’Association mauricienne de handball ».
 Cependant, le travail est loin d’être fini. Après la partie en béton, le MJS compte maintenant s’attaquer aux plaques en tôle qui couvrent la largeur du terrain de jeu et les gradins. Ainsi, d’ici une semaine, des appels d’offres vont être lancés. L’entreprise qui obtiendra le contrat, aura la tâche de reparer une fois pour toutes ce toit délabré.