Le Mali et l’Égypte se sont qualifiés sans surprise pour la finale de la CAN U16 2017, hier, à l’issue de leurs victoires respectives contre l’Algérie 72-62 et 86-45, après s’être fait une grosse frayeur dans la dernière tranche de la rencontre. Les Maliens, vice-champions en titre, ont éprouvé, dans l’ultime quart, des difficultés à imposer leur jeu aux Algériens.
Soulagés. Satisfaits. Voilà comment résumer l’état d’esprit dans le camp malien. Pourtant, ce sont eux qui prennent la rencontre à leur compte, marquant rapidement dès l’entrée en matière. Mais voilà : l’Algérie allait imposer son jeu, forçant les Maliens à revoir leur copie en cours de route, malgré un petit écart (6 points) à la fin du premier quart, remporté par les Maliens 18-12.
 « En fait, il y a encore des réglages à faire »¸explique Mamoutou Kané, l’entraîneur malien. Cela s’est vu lorsque l’Algérie a emprunté une route bien plus offensive au deuxième quart, au point de faire douter (16-13, 34-25) les finalistes de la précédente édition.
Les Algériens, eux, n’ont pas de regrets. « On ne peut pas être déçus. On a tout essayé. L’équipe du Mali est costaud », avoue Benakouche Azzedine, l’entraîneur algérien. Au départ du troisième quart, les Algériens tentent de revenir dans la partie. Le Mali, par contre, maintient le rythme et passe 18 points, sans être inquiété par les offensives algériennes. « Il y a eu des motifs de satisfaction », lance Mamoutou Kané encore. Sauf que cette satisfaction se transformera, au cours du dernier quart, en doute, lorsque les Algériens, pourtant privés de leur meneur Amir Bouzidi (blessé), reprennent du poil de la bête. Un coup d’accélérateur et c’est toute l’équipe du Mali qui n’arrive plus à jouer.
« On a pu les bousculer un peu. Mais sur la fin, on était cuits », explique Benakouche Azzedine. Le score de cette dernière tranche (27-20 pour l’Algérie), par contre, a donné tort aux Algériens de ne pas y croire. « Il nous a surtout manqué le déclic en fin de match. Cela dit, on est déçus de pas avoir gagné, mais contents de ce que nous avons accompli », poursuit le coach algérien. Le technicien malien, lui, voit les choses différemment. « On a sous-estimé l’adversaire. Nous avons déjà la tête au match de demain et il nous faut rester concentré. »
De son côté, l’Égypte s’est qualifiée, sans surprise aucune, pour la finale en venant à bout de la Tunisie sur le score de 86-45. Les Pharaons champions en titre, retrouveront aujourd’hui les Maliens pour un remake de la finale de 2015, où ils avaient battu ces derniers alors qu’ils évoluaient à domicile. Les grands bonshommes de cette demi-finale sont l’Égyptien Omar Mosy (18 points), son compatriote Aly Khalifa (10 points) et le Tunisien Chebi, au four et au moulin, auteur de 11 points.
La finale, aujourd’hui à 20 heures, sera-t-elle celle du doublé pour l’Égype, ou la revanche pour le Mali ?