On se serait cru à Madagascar…En effet, le public malgache à défaut d’être en surnombre sait donner de la voix alors que celui de Maurice a été étouffé par une timidité incompréhensible. Pourtant tout était réuni pour que les Mauriciens donnent de la voix et encouragent à fond le Real de Port Louis. Cependant le public a joué aux abonnés absents pendant presque toute la rencontre. Le Mauricien serait-il un spectateur bourgeois?
Le match a débuté sur les chapeaux de roue avec deux équipes très agressives et surmotivées. Ce rythme allait sur le long terme bénéficiait aux Malgaches qui grâce à des contre-attaques supersonic et leur vivacité prennaient un avantage considérable lors du premier quart temps 20 à 12. Cependant lors du deuxième quart, le Real a décidé de poser un peu plus son jeu en s’appuyant évidemment sur la taille de ses intérieurs et surtout du Nigérian Agobho. Grâce à cette stratégie les Portlousiens arrivaient à remonter graduellement au score. Pour contrer le puissant pivot du Real, les Malgaches étaient obligés de faire des prises à deux ou à trois sur le joueur, laissant des espaces aux Dubois, Namasivayen et consort qui ne se faisaient pas prié pour exploiter les espaces et permettait ainsi à leur équipe de recoller au score.
A la fin du deuxième quart, il n’y avait qu’un point d’écart entre les deux formations. Tout était encore jouable et les joueurs du Real se battaient comme de beau diable pour rester dans la course. Malheureusement vers la fin du troisième quart, le collectif des Portlousiens allaient s’enrayer. Ils n’arrivaient à aligner les passes et les mauvais choix offensifs se sont succédés. Les Malgaches ne se sont pas faits priés pour profiter des errances de leur adversaires. Incontestablement le meilleur joueur de la finale , le meneur Taniona R. porteur du no. 4 a donné le tourni à toute la défense mauricienne. Il était tout simplement insaississable sur les contres. En face, le Real sombrait carrément comme le Titanic. Impuissant dans le quatrième quart, les joueurs n’ont pu que constater les dégâts.
Les Portlouisiens ont clairement offert la finale aux Malgaches qui n’en demandaient pas tant. Au finale le score est sévère, 73 à 52, mais cette défaite laisse un goût amer aux joueurs du Real qui auraient certainement pu réalisé mieux. Dans les grandins, c’était vraiment la liesse. Le public malgache communiait avec ses joueurs et les drapeaux flottaient haut.  » On voulait prendre notre revanche après la défaite en phase de poule et on était vraiment motivé à bloc,  » a concédé l’entraîneur malgache Jean Raelison. Avant d’ajouter: « Mes joueurs ont respecté les consignes à la lettre. On a parfaitement bloqué les joueurs intérieurs du Real malgré notre défaut de taille. Notre condition physique, notre rapidité et notre agressivité ont fait la différence. Je pense aussi que l’envie de gagner était plus de notre côté. On a aussi beaucoup travailler la contre-attaque. On va se concentrer sur la coupe d’Afrique. »
Neva Vadiveloo était quant à lui assez déçu.  » Je pense qu’on peut nourrir des regrets sur ce match. On aurait pu mieux jouer. On a commis trop d’erreurs, mais la médaille d’argent est déjà une très bonne performance, » a-t-il confié.