Sheizal Balkissoon, un habitant de Plaine-Verte âgé de 22 ans, avait été trouvé par la police gisant dans une mare de sang à Batterie-Cassée hier à 19 h après avoir été agressé à l’arme blanche. Encore en vie, il avait été conduit d’urgence à l’hôpital et sa famille a été avertie. Mais à 23 h 45, le jeune homme a succombé au coup porté à son estomac, et ce sans n’avoir eu le temps de consigner quelconque déclaration à la police.
C’est suite à une requête du public, effectuée aux alentours de 19 h, que les policiers du poste d’Abercombie se sont rendus sur les lieux de l’agression, Muslim Cemetery Road, près de la boutique Père Laval, à Batterie-Cassée. Ils y ont découvert Sheizal Balkissoon gisant dans une mare de sang suite à un coup de couteau reçu à l’estomac. Le jeune homme de 22 ans a été transporté d’urgence à l’hôpital, où il a succombé à 23 h 45.
D’après des habitants des environs, l’agression découlerait d’un vol ayant mal tourné. D’autres estiment également que Sheizal Balkissoon serait venu livrer de la drogue et qu’il aurait été agressé et dépouillé. Les sources policières relatent que la victime avait déjà eu des démêlés avec la justice pour possession de stupéfiants. Pour l’heure toutefois, aucune arrestation n’a été effectuée et l’enquête se poursuit.
Sheizal Balkissoon aurait eu 23 ans le 25 juillet. Cadet d’une famille de cinq enfants – trois filles et deux garçons –, il travaillait comme vendeur dans un magasin de Port-Louis, raconte sa soeur. Rencontrés à leur domicile à Plaine-Verte, ses proches témoignent de la difficulté à accepter cette tragédie. « Il n’était pas malade ?! Quelqu’un lui a ôté la vie », déplorent ces derniers. « Sheizal était travailleur, mais surtout très amical. Il n’a jamais eu de problème avec qui que ce soit. Tous ceux qui le côtoient peuvent le confirmer », ajoute sa soeur. Elle garde la dernière image de son frère sur son lit d’hôpital, peu de temps avant sa mort.