Les conseillers de Beau-Bassin/Rose-Hill ont exprimé avec fermeté leur colère hier après-midi par rapport à ce qu’ils qualifient d’« inaction » des autorités gouvernementales face aux dangers potentiels de glissement de terrain dans la zone où se déroulent des travaux de terrassement et de concassage à Hermitage, Coromandel. Ces risques ont été confirmés par des experts de la Japan International Cooperative Agency. Les conseillers soutiennent qu’il s’agit d’un problème à portée nationale en soulignant la sécurité publique. Ils ont voté hier à l’unanimité pour une motion réclamant des mesures immédiates de la part des autorités gouvernementales. La municipalité s’apprête à envoyer une correspondance aux ministères concernés.
Tous ceux qui sont allés sur le site concerné, habitants, conseillers et cadres municipaux, ingénieurs et autres professionnels des travaux d’infrastructures, ont constaté de visu la gravité du problème. Un Structural Investigation Report préparé par des experts mauriciens et étrangers après une évaluation de la situation à la requête du ministère des Infrastructures publiques fait état de « Landslide Hazard Level 4 ». Sur la base de ce rapport, reçu par la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill en février dernier, le maire Toussaint André a présenté sa motion hier après-midi pour réclamer une prompte intervention du gouvernement en ciblant principalement le ministère des Administrations régionales et celui des Infrastructures publiques. Par rapport à la nature du problème, le maire a soutenu que la municipalité « has neither the financial means nor the technological know how and competency to take any preventive action ». Il a ajouté qu’il était impératif que le conseil prenne une décision pour l’arrêt de toute activité susceptible de déstabiliser davantage le terrain dans cette zone à risque. « Si on arrête toute construction dans la région et s’il n’y a aucun projet de développement le terrain pourrait se stabiliser », affirme Toussaint André.
Les conseillers ont abondé dans ce sens en ne manquant pas de fustiger l’attitude du promoteur qui a fait fi jusqu’ici de l’appel lancé par la municipalité.
Dans une intervention appréciée par ses collègues, le conseiller Daureeawoo, qui a soutenu cette motion, a mis en exergue la responsabilité gouvernementale. « Il ne s’agit pas là d’un simple problème régional. Votre motion concerne l’intérêt des citadins et la sécurité publique en général. S’agissant des glissements de terrain, n’importe quoi peut arriver à n’importe quel moment. Depuis quand un problème de glissement de terrain relève de la responsabilité municipale ? » s’est-il demandé sur un ton irrité. Rasheed Daureeawoo a souligné que la municipalité n’a pas les compétences techniques pour gérer une telle situation. Si le ministère des Infrastructures publiques a appelé des experts japonais sur le terrain, dit-il, c’est qu’il a réalisé la gravité du problème. « C’est un problème national et le gouvernement ne peut pas se défiler devant ses responsabilités », a poursuivi le conseiller.
Au début de la semaine prochaine, la municipalité enverra aux instances gouvernementales concernées une correspondance relative à la décision prise par le conseil hier après-midi.
Par ailleurs, à la suite d’une demande à la Cour par la municipalité, le juge Fekna a émis une injonction ce matin pour interdire tout type d’activité dans la zone concernée par les risques de glissement de terrain à Morcellement Hermitage. Fort de cette décision de la Cour, la municipalité est en consultation avec son conseiller légal pour décider de la marche à suivre. Il y aurait plusieurs promoteurs privés engagés dans ces travaux de terrassement et de concassage de rochers. Les camions, les excavateurs, les pelleteuses et autres équipements lourds étaient visibles au début de ce mois sur le chantier sur la berge gauche de la Grande-Rivière-Nord-Ouest.