Le Bureau central des statistiques (BCS), qui a rendu publiques hier ses prévisions concernant la performance de l’économie mauricienne en 2011, a maintenu l’estimation de croissance faite en mars dernier, soit à 4,5%. En 2010, le taux de croissance économique était de 4,3%. Selon le BCS, les secteurs textile, financier, dont les banques, ainsi que celui du transport et des communications devraient enregistrer de meilleures performances cette année. En revanche, la croissance sera négative dans le secteur sucre. Par ailleurs, la part de l’investissement privé dans l’investissement total sera en recul en 2011 après un très léger regain l’année dernière.
En comparaison à l’estimation du taux de croissance faite en mars 2011, les données publiées en cette fin de semaine par le BCS montrent que le secteur sucre va subir un repli de 5,1% au lieu de 6,4% comme prévu il y a trois mois. La production sucrière devrait être légèrement supérieure (420 000 tonnes) à celle estimée initialement (400 000 tonnes). Le secteur manufacturier devrait faire mieux, sa croissance se situerait à 3,6% et non 3,3%, et ce grâce à des performances améliorées du textile et de l’activité d’usinage du sucre. Les industries manufacturières réaliseront en général une croissance plus élevée que celle notée en 2010 (+2,1%). Cependant, on observe que l’agro-industrie ne va croître que de 3,4% par rapport à 4,4% l’année dernière.
Pour ce qui est des autres secteurs, le BCS indique que le commerce va enregistrer un taux en dessous de celui attendu en mars 2010 (2,8% et non 4%). L’industrie de la construction va progresser de seulement 1% contre 4,3% en 2010. La croissance du secteur touristique avoisinerait les 4% avec un total de 980 000 arrivées en 2011 contre 934 827 en 2010 et des revenus de l’ordre de Rs 42,5 milliards, soit environ Rs 3,1 milliards de plus. Le secteur de l’intermédiation financière dont les banques, selon le BCS, va réaliser une meilleure performance (5,7%) cette année comparativement à 2010 (+4,3%).
Sur la base des données compilées selon les divers secteurs de l’économie mauricienne et tenant compte des tendances passées, le BCS prévoit un taux de croissance général de 4,5%, taux qui grimperait à 4,6% si l’on exclut le sucre. Le Produit intérieur brut (PIB) aux prix du marché passerait de Rs 299,3 milliards à Rs 327,7 milliards. Le BCS estime que les dépenses de consommation finale des ménages et du gouvernement central vont augmenter cette année de 9,6% pour atteindre Rs 287,2 milliards mais en termes réels le taux de progression sera d’environ 3% contre 2,7% en 2010. Le taux de l’épargne en pourcentage du PIB grimperait d’un point, passant de 15,6% à 16,6 %.
Le dernier relevé du BCS portant sur les projets en cours et à venir indique que l’investissement en 2011 se monterait à Rs 81,3 milliards, soit une hausse de 9,2% en termes nominaux. Toutefois, en termes réels, le taux de croissance serait de 3,6%, ce qui constituerait un renversement de tendance car en 2010, la croissance avait été négative (-0,7%). Si l’on exclut l’achat d’avion et de bateau, le taux de croissance cette année s’élèverait à 3,5% contre 3,7% l’an dernier. Les investissements dans les bâtiments et autres chantiers de construction vont croître de 1,2%, niveau bien en dessous de celui constaté en 2010 (+7%). Les investissements dans les machines et équipement devraient connaître une relance : +9,3% contre un repli de 15,4% en 2010, une situation attribuable à l’acquisition de machines pour la production d’énergie électrique.
Même si l’investissement privé en termes réels va augmenter de 0,6% en 2011, sa part dans l’investissement total va baisser, passant de 75,5% à 73,2%. Le secteur public verra ainsi sa part passer de 24,5% à 26,8%. L’investissement public, prévoit le BCS, va croître de 12,9% après un recul de 2,8% en 2010. Excluant l’achat de bateau et d’avion, la croissance de l’investissement public se chiffrerait à 11% contre 18,9% l’année dernière. « This 11.0% growth in 2011 would be mainly due to investment in road infrastructure and airport », écrit le BCS.
Par ailleurs, notons que les prévisions officielles indiquent que les exportations nettes de biens et services seront davantage déficitaires en 2011 et représenteraient 13,2% du PIB aux prix du marché contre 11,3% pour l’année écoulée.