Silence radio du côté du comité d’organisation des Championnats du monde de beach handball U17. Hier, on attendait les dernières nouvelles des organisateurs sur la tenue de ce rendez-vous mondial prévu ce mardi, soit du 11 au 16 juillet à Flic-en-Flac. Toutefois, Jimmy Anthony, directeur du projet, et Daniel Gérard, président de l’Association mauricienne de handball, ont joué aux abonnés absents.
Ce n’est qu’en fin de soirée que Week-End a pu entrer en contact avec Ludovic Carré, membre du comité organisateur. Aux dernières nouvelles, c’est lui qui a pris les commandes des opérations. « Jimmy a donné sa démission jeudi et Daniel vendredi. Je me retrouve seul à mener le combat », soupire-t-il.
Ainsi, à 48 heures des championnats du monde, les organisateurs, ou du moins ceux restants, éprouvent toujours d’énormes difficultés à réunir la somme requise, à savoir Rs 15 millions. La situation est des plus chaotiques. En attendant que les responsables trouvent la lumière au bout du tunnel, cinq équipes internationales sont déjà sur place et d’autres ne tarderont pas à arriver. Impact Production, de son côté, a déjà installé les gradins…
Une réunion de crise a été tenue hier au QG du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), à laquelle ont assisté le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, le nouveau CEO du Comité d’organisation des Jeux des îles (COJI), Jean Pierre Sauzier, le président de Club Maurice, Giandev Moteea, ainsi que les responsables du projet. Il en est ressorti que les instances sportives ne sont nullement en mesure de décaisser de grosses sommes d’argent en vue de l’organisation de telle compétition.
Benoît Souchon, dirigeant d’un club de handball, avait été sollicité pour épauler Ludovic Carré dans les diverses démarches. « On m’avait contacté pour rejoindre le comité. J’ai refusé parce qu’on se dirige tout droit vers un fiasco. On n’aurait jamais dû prendre cet engagement. Je ne comprends pas non plus comment l’International Handball Federation (IHF) a pu confier l’organisation à Maurice sans aucune garantie de notre part. On n’a ni les ressources ni la connaissance pour organiser ce type d’événement. Au final, c’est la crédibilité de Maurice qui sera mise en question. Valeur du jour, il ne devrait pas y avoir de compétition selon mes informations. Nous n’avons pas de sous », exaspère Benoît Souchon. 
Cependant, pour Ludovic Carré, tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir. « Je continuerai à faire tout ce qui en mon pouvoir pour sauver ces mondiaux. Je continue de négocier avec les sponsors. Impact Production et Villas Caroline ont accepté de revoir leurs prix à la baisse. Même l’IHF a accepté de revoir certaines de leurs normes pour que les jeux puissent avoir lieu. Les conditions dans lesquelles je me trouve sont très délicates. On est obligé de revoir notre budget à la baisse. Avec Rs 10 millions, ça peut se faire », affirme-t-il.
À l’heure où nous mettions sous presse, Ludovic Carré était toujours en réunion et n’a pu confirmer ou infirmer si les mondiaux auront bel et bien lieu. Il nous a de plus indiqué que le MJS lui accorde son soutien. « Le ministère s’occupera notamment des frais de transport », souligne-t-il.
Une réunion est également annoncée pour demain, et ce, en vue de décider de la tenue ou non de ces championnats.