L’Espagne et l’Italie, du côté masculin, s’affronteront pour le titre mondial aujourd’hui à Flic-en-Flac, alors qu’en féminin, les Pays-Bas seront opposés à la Hongrie. Les garçons auront rendez-vous sur le terrain principal à 17 heures, tandis que les filles croiseront le fer à 16 heures. Quoi qu’il en soit, de belles joutes sont à prévoir. Les Espagnols, champions d’Europe en titre, ont confirmé leur statut en balayant tout sur leur passage depuis le début de ces championnats du monde séduisants. Idem pour l’Italie. Les deux équipes sont toujours invaincues. La Roja a notamment brillé en quart de finale en venant à bout du Taipei 2-0 (21-18, 31-21) avant de s’imposer face à l’Argentine de demi-finale. Les Italiens ont, quant à eux, fait tomber le Venezuela 2-0 (23-18, 22-15) avant de valider leur billet face à la Russie pour disputer le sacre.
Hier, on a aussi assisté à une victoire d’anthologie des Mauriciens sur les All-Blacks. En effet, la sélection masculine est allée chercher sa première victoire contre la Nouvelle-Zélande. Pour ce match comptant pour le classement, on était loin de penser qu’on allait assister à un réveil des Mauriciens, qui plus est, face aux All-Blacks qui, morphologiquement, faisaient le double de la taille et du poids des locaux. Mais sous le soleil de plomb, écrasée par la chaleur, la sélection de Maurice a fait plier les Néozélandais 2-0 (11-17, 18-10 ). Un succès au bout de l’effort sachant qu’avant le coup d’envoi, ces derniers ont « intimidé » les Mauriciens par une démonstration de hakka.
 « C’était à la fois intimidant et impressionnant », fait ressortir Grégory Antoinette, le capitaine de l’équipe nationale. D’ailleurs, les Néozélandais marquent coup sur coup pour mener au score (4-0). Mais il s’en est fallu de peu pour que Maurice réagisse. Enchainements, perforation de la défense et buts?! La bande à Ludovic Carré avait retrouvé son esprit. Peu à peu, la peur a laissé la place à la bravoure. En pleine confiance, Grégory Antoinette et ses coéquipiers ont gardé la même intensité dans la seconde période pour s’imposer avec huit buts d’écart.