Les lauréats de la première édition de la Coupe du Monde -17 ans de beach handball sont connus. L’Espagne chez les hommes et la Hongrie en féminin ont émergé, hier après-midi sur la plage de l’hôtel Villas Caroline à Flic-en-Flac. Et ce, à l’issue des finales âprement disputées face à l’Italie et aux Pays-Bas, et tenues en présence d’un nombreux public fort réceptif. Une fin en apothéose pour cette compétition qualificative pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse et dont la tenue était en suspens en raison d’une organisation fort décriée.
L’Espagne a justifié son statut de championne d’Europe. Elle a réalisé un parcours sans faute dans cette compétition, mais a tout de même connu des sueurs froides face à l’Italie, tout comme lors du tour principal. « Les Italiens ont livré une partie incroyable. Toutefois, nous avons pu faire la différence lors du shoot-out qui était comme une loterie. Nos deux semaines de préparation, après les championnats d’Europe, et l’unité au sein du groupe ont joué en notre faveur », se félicitait Pedro Bago, responsable du groupe.
Accrochés lors de la première manche (12-12), les Espagnols prendront leurs distances (18-14) après six minutes de jeu. Leurs adversaires reviendront à la charge (20-20) à 3’ de la fin, mais les Espagnols auront le dernier mot. Cependant, la deuxième manche sera nettement en faveur des Italiens, qui s’imposeront avec six points d’avance. Au cours du shoot-out, l’italien Simone Mengon manquait sa tentative, alors que Sergio Perez convertissait le sien pour offrir le sacre à sa formation. La médaille de bronze était décrochée par l’Argentine, qui repoussait le challenge de la Russie, également lors du shoot-out. Les Russes, vainqueurs de la première manche, concédaient la deuxième à la toute dernière seconde. Cruel scénario.
En féminin, la Hongrie a obtenu sa revanche aux dépens des Pays-Bas, qui avaient pris le meilleur lors du tour principal. Menée par Sara Lerant et Greta Hadfi, désignées meilleure ailière gauche et gardienne de but de la compétition, la sélection hongroise a su renverser la tendance. Et ce, après que les Néerlandaises avaient remporté la première manche sur le fil, soit à 2 secondes de la fin. Lynn Klesser (élue Most Valuable Player) et ses coéquipières semblaient avoir fait le plus difficile. Mais voilà, les Hongroises survolaient la deuxième manche, avant de se montrer plus adroites lors du shoot-out. Tout comme en masculin, l’Argentine se retrouvait sur la troisième marche du podium, après avoir renversé la vapeur face au Portugal.