La marche peut paraître très haute, mais les responsables des sélections nationales-17 ans de beach handball veulent y croire. À l’issue du tirage au sort effectué mercredi en présence de deux émissaires de la Fédération internationale de handball au restaurant Beach Shack à Flic-en-Flac, Ludovic Carré (sélection masculine) et Sanjay Dabydin (sélection féminine) sont loin de vouloir déposer les armes. Et ce, même si l’adversité s’annonce redoutable et que leurs jeunes protégés en seront à leur baptême du feu sur l’échiquier international.
Le Brésil, Taiwan et le Pakistan : tels seront les adversaires de la sélection masculine dans la poule A lors du tour préliminaire. « Les Brésiliens se situent à coup sûr au-dessus du lot. Nous n’avons pas d’idée précise concernant les deux autres adversaires, mais ce groupe nous a paru le plus abordable. D’où notre choix », avance Ludovic Carré. Ce dernier se dit tout de même satisfait d’avoir sous sa coupe des joueurs « disciplinés, motivés et guidés par l’envie de bien faire. » Des joueurs qui ont débuté leur préparation depuis bientôt huit mois et qui sont passés à la vitesse supérieure ces trois derniers mois.
Valeur actuelle, quatorze éléments se retrouvent dans l’escouade, mais le groupe final de dix devrait rapidement être constitué. « C’est une nouvelle génération qu’il nous faudra prendre en considération », souhaite un Ludovic Carré conscient que de tels frottements ne pourront qu’aider ces jeunes à s’aguerrir. Le défi vaudra sans doute la peine d’être relevé, surtout que les présélectionnés n’ont pas rechigné à la tâche, malgré leurs études. Les séances d’entraînement tenues les lundis et mercredis ont ainsi été axées sur le physique, et celles des vendredis, samedis et dimanches sur l’aspect tactique.
En féminin, une présélection digne de ce nom a finalement pu être constituée suite à l’opération de détection réalisée récemment à Rodrigues. Une dizaine d’éléments a ainsi été répérée et ces joueuses sont attendues à Maurice dans les jours qui viennent. « Il est dommage que plusieurs joueuses locales n’ont pas répondu à l’appel en raison de leurs études ou de leurs examens. La venue de ces Rodriguaises nous sera très bénéfique », souligne Sanjay Dabydin. À partir de là, les séances d’entraînement, axées surtout sur le plan physique, seront enclenchées. « Il reste à espérer que les joueuses assimilent rapidement, d’autant que cinq Mauriciennes ont suivi le stage dirigé par le Turc Burak Teczan », soutient l’entraîneur national.
Ce sera le pari à tenir, car les adversaires s’annoncent des plus coriaces dans la poule C. Soit deux du continent asiatique (Chine et Thaïlande) et un représentant panaméricain, à savoir le Venezuela. Même si ces trois sorties s’annoncent des plus délicates, Sanjay Dabydin ne compte pas être défaitiste. « Notre objectif sera d’aller le plus loin possible dans cette compétition. De plus, si nous parvenons à réaliser un meilleur classement que le Togo, nous obtiendrons notre qualification pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse. »
Somme toute une motivation supplémentaire afin de permettre à cette sélection d’essayer de soutenir la comparaison, malgré une préparation des plus tardives.